Les clés du succès

Peut-on vraiment, de manière générique définir ce qu’est le succès et donner la marche à suivre pour l’atteindre ? Est-ce que l’on peut donner une recette qu’il suffit de suivre et qui va convenir à tout le monde ?

Avoir sa propre définition du succès

Le problème vient du fait que le succès est une valeur subjective. On ne peut pas le définir de manière absolue : ce qui est un succès pour certains sera un échec pour d’autres. Comment en effet, déterminer si réussir c’est privilégier sa vie familiale ou sa vie professionnelle ? Le confort ou l’aventure ? Ses passions ou ses finances ? Ou peut-être est-ce un mélange de tout cela.

Vous l’aurez compris, il y a autant de réponses à ces questions qu’il y a d’individus. C’est pourquoi il est important de définir ce qu’est la réussite pour soi, et pour personne d’autre. J’insiste sur le fait que cette définition doit être personnelle car je pense qu’on laisse trop souvent notre entourage proche, voire même la société en général décider pour nous de nos objectifs.

Par exemple, ce n’est un secret pour personne que nous vivons dans une société de consommation et que cette consommation est encouragée par les médias (parce que la télévision et les journaux ont besoin de vendre de la publicité pour exister). Ainsi, l’objectif pour beaucoup de personnes c’est d’avoir une maison plus grande que celle de son voisin, d’avoir le dernier gadget à la mode …

Je ne dis pas que consommer est mal bien entendu. Mais il faut le faire pour les bonnes raisons. Si notre objectif est d’acheter une plus grande maison, cela doit être parce que vous pensez que votre famille et vous-même y serez plus heureux.

Si vous recherchez uniquement à impressionner votre entourage, tout en sachant au fond de vous que vous préféreriez avoir du temps libre temps libre à consacrer à vos passions plutôt que de faire toutes ces heures supplémentaires, vous vous trompez d’objectif. Cela signifie que vous ne parviendrez certainement pas à l’atteindre puisque, au fond, il ne vous appartient pas vraiment. Il ne vous fournira donc pas une motivation suffisante pour que vous mettiez tout en œuvre pour l’atteindre. Et même si vous l’atteignez, vous vous rendrez finalement compte que cela ne vous rend pas plus heureux, et vous vous prendrez à regretter tous les sacrifices consentis pour cela.

De la même manière, on se sent souvent pressurisé par notre entourage proche et notamment par notre famille. On se dit qu’on ne veut pas les décevoir et l’on se retrouve souvent à définir nos objectifs suivant les aspirations de notre entourage et non suivant les nôtres. Par exemple, peut-être poursuivez-vous une carrière de cadre parce que c’est ce que vos parents attendent de vous alors que, au fond de vous-même, vous auriez préféré faire quelque chose de plus créatif ou de plus artistique. Peut-être aimeriez-vous vous lancer en tant qu’indépendant ou créer votre entreprise mais vous avez peur d’être considéré comme irresponsable et idéaliste par votre entourage qui est constitué uniquement de salariés…

Il est donc extrêmement important de définir des objectifs suivant nos propres valeurs. Réussir, ce sera atteindre ces objectifs et non ceux des autres. Peu importe si ceux-ci contrastent avec les valeurs de votre entourage, ou même avec la vision de la réussite véhiculée par la société. D’ailleurs les membres de votre entourage souhaitent certainement avant tout que vous soyez heureux, même si cela signifie ne pas suivre la même voie qu’eux. Pour définir un objectif, il faut se demander quels seront les bénéfices que l’on pourra en retirer et imaginer ce que serait notre vie si l’on avait déjà atteint cet objectif. Si l’on pense que notre vie en serait améliorée et que l’on serait plus heureux, alors cet objectif nous correspond et nous motivera suffisamment pour que l’on mette tout en œuvre pour l’atteindre.

Mettre en place des indicateurs pour mesurer son succès.

Nous venons de voir que réussir c’est atteindre des objectifs que l’on se sera fixé de manière indépendante, suivant nos valeurs et qui nous permettront d’être plus heureux. Cependant, une autre question de taille se présente à nous : Comment savoir si l’on a rencontré le succès ? Imaginons que vous courriez un marathon et que vous le terminiez en 4 heures à la millième position. Est-ce un échec parce que vous n’avez pas remporté la course ? Ou est-ce une victoire sur vous-même et l’accomplissement d’un rêve parce que vous êtes allé au bout ? Est-ce que toute compagnie de web marketing est un échec parce qu’elle est beaucoup moins importante que Google en termes de revenus et de notoriété ?

Vous l’aurez compris, tout est une question de perspective et dépend des attentes que l’on avait initialement.

C’est pourquoi il est important que notre objectif soit mesurable. Il faut donc mettre en place des indicateurs qui nous permettront de déterminer si l’on a atteint notre objectif et donc si l’on peut considérer avoir rencontré le succès. Si vous travaillez dans la qualité, ou à l’amélioration des procédés industriels, vous savez que ce qui peut être mesuré peut être amélioré. Ce qui est vrai pour les entreprises, l’est aussi à l’échelle de votre propre vie et de votre développement personnel.

Si vous souhaitez vous enrichir, il vous faudra donc définir une somme d’argent à atteindre. Si vous souhaitez perdre du poids, vous pouvez définir le poids idéal que vous voulez atteindre. Vous donner pour indicateur quelque chose de spécifique comme un nombre, une durée ou une date va vous permettre de vous assurer que votre objectif soit mesurable. Vous pourrez donner une réponse sans hésitation : vous l’avez atteint ou non. Si votre objectif correspond en revanche à quelque chose de subjectif comme améliorer votre discipline personnelle ou votre communication, par exemple, il va falloir ruser quelque peu pour mettre en place un indicateur. Vous pouvez, par exemple, évaluer votre niveau de discipline personnelle sur une échelle de 1 à 10. Vous pourrez alors vous fixer un niveau à atteindre à une date donnée. Imaginons, que j’évalue mon niveau de discipline personnel personnelle à 3 (ceux qui me connaissent depuis quelques années n’auront pas besoin de faire un effort d’imagination gigantesque). Je peux alors me donner pour objectif d’atteindre un niveau de 7 d’ici fin 2010 par exemple.

Ne pas avoir peur des difficultés

Maintenant que nous avons défini ce qu’était le succès pour nous et que l’on a mis en place des indicateurs nous permettant de déterminer si on l’a atteint ou non, il ne nous reste plus qu’à se retrousser les manches et à se mettre au travail.

Cependant, quel que soit l’objectif que vous vous êtes fixé, et aussi forte que soit votre motivation initiale, il y aura forcément un moment où les premiers doutes vont vous assaillir et où le chemin restant à accomplir va vous sembler effrayant et parsemé d’embuches. Il va donc falloir faire preuve de persévérancee. A chaque fois qu’une petite voix dans votre tête vous susurrera « tu n’y arriveras jamais », vous devrez vous efforcer de l’ignorer et de la remplacer par des pensées positives. Etre persévérant c’est continuer à travailler pour atteindre vos objectifs quels que soient vos sentiments et votre motivation. C’est être conscient que ce sont vos actions qui vont vous apporter des résultats et non pas vos émotions : en continuant à agir même lorsque vous avez des baisses de moral, vous allez accumuler des résultats qui deviendront ensuite eux-mêmes, des sources de motivation. On dit souvent que, pour réussir, la persévérance est plus importante que le talent. Et pour cause : même la personne la plus talentueuse ne peut être assurée à 100 % d’atteindre le succès. En revanche, quelqu’un de persistant saura tirer les leçons de ses échecs, considérera qu’ils font partie de son apprentissage, et tentera sa chance encore et encore jusqu’‘à rencontrer le succès. Même Bill Gates, que n’est pourtant généralement pas considéré comme un « looser », avait tout d’abord fondé Traf-O-Data, une entreprise qui a coulé et s’est révélé être un échec, avant de lancer Microsoft. Il est donc important de ne pas se laisser décourager par les obstacles que l’on rencontre.

Comme on le dit souvent « A vaincre sans péril on triomphe sans gloire ». Autrement dit, le succès ne vaut que parce qu’il n’est pas acquis d’avance et sans obstacles. Le bonheur est un voyage, pas une destination : sans aucun problème à surmonter, la vie n’aurait aucune saveur.

Et vous ? Avez-vous défini ce qu’est le succès pour vous ? Etes-vous capable de le mesurer ?

 

Cet article a été rédigé dans le cadre du festival « à la croisée des blogs ». Il s’agit d’un événement qui rassemble chaque mois les blogs de développement personnel français. Son principe est basé sur celui des carnavals de blogs et il a pour objectif de donner l’occasion aux auteurs de ces blogs d’écrire un article sur un sujet donné choisi pour le mois. L’édition de ce mois-ci est organisée par Val du blog finir-riche, et le thème proposé est : « Les étapes qui mènent au succès ». (Note : Voici le lien vers article récapitulatif de cette édition)

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

2 réflexions au sujet de « Les clés du succès »

  1. Ping : Guillaume sur Blogasty

  2. Ping : À la croisée des blogs: Les étapes qui mènent au succès – Récap | finir-riche.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>