Les « complexes » : origine et solutions

Les complexes ne sont pas l’apanage des femmes. Tout le monde se trouve des défauts : une partie physique du corps qu’il n’apprécie pas, que ce soit au niveau des fesses, du nez, des hanches, des seins ou autres.


Les origines

Les médias font l’apologie de l’apparence idéale, au lieu de stigmatiser la différence : c’est pourquoi, chaque homme et chaque femme, veut tant tendre vers cette perfection. Or, beaucoup de personnes se persuadent que leur petit défaut est l’unique élément que les autres regardent chez elles. Ces « complexé(e)s » ont, en réalité, une image idéalisée d’elles-mêmes et comparent sans cesse cette vision avec la réalité de leur miroir. Ces petites obsessions traduisent souvent une souffrance psychique car ces personnes sont persuadées que, sans leur complexe, elles auraient davantage de succès, ce qui les empêche d’opter pour d’autres stratégies, visant à mettre en avant leurs autres atouts.

« Complexes » et « maladies du narcissisme »

Selon le psychologue, Marc Ferrero , il n’existe que deux complexes : celui d’Oedipe, avec ses désirs « contradictoires et alternatifs où l’enfant aime et déteste […] son père et sa mère » et le complexe de castration, qui se révèle au moment de « la découverte de la différence des sexes par l’enfant ». En dehors de ces deux cas, il s’agit davantage de « maladies du narcissisme », concernant l’acceptation de soi, qui peut relever du domaine physique, mais aussi, d’un prénom ou nom de famille atypique, etc.

Les solutions envisagées

On soigne ses « complexes » à l’aide d’une bonne dose d’estime de soi. Si notre entourage n’y suffit pas, il est bon de recourir à un travail psychologique plus approfondi, et faire appel à un spécialiste. Certaines personnes lui préfèreront la chirurgie esthétique mais il ne faut pas « en attendre plus qu’elle ne peut donner et ne pas faire n’importe quoi » (Marc Ferrero) : elle ne doit pas s’inscrire dans une quête idéaliste et sans fin de perfection.

Les ouvrages sur les complexes

Retrouvez une sélection d’ouvrages sur le thème des complexes d’oedipe et de castration.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

2 réflexions au sujet de « Les « complexes » : origine et solutions »

  1. Hello !
    Merci pour les références je ne connaissais pas le complexe de castration. Je trouve que la partie la plus importante c’est quand tu indiques que le complexe naît quand on se compare à un idéal (au lieu de se voir réellement). Je pense que la clé est là. Il faut apprendre à se voir tel que l’on est.

  2. On a tous nos complexes et ce n’est pas forcément physique comme tu le dis, ça peut être notre voix, notre situation familiale, sociale, professionnel. En fait ça peut être tout ce qui nous différencie et donc nous rend unique.

    Je pense quand même que nos complexes pourraient être moindres sans le regard des autres… ou du moins sans l’intérêt que l’on porte au regard des autres…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>