Le training autogène de Schultz

Le training autogène de Shultz  est un système de relaxation complet, apparenté à l’autohypnose, et dont le but est de réduire les tensions et le stress.

Dispensée en hôpital ou en cabinet médical par des psychothérapeutes, des sophrologues ou des relaxologues, cette technique nécessite de prendre des cours auprès d’un accompagnateur qualifié, pour pouvoir le pratiquer ensuite seul, avec succès, au bureau ou sur votre lit.

Historique

Initiée par le médecin psychothérapeute Johannes Heinrich Schultz, dans les années 30, le TAS ou training autogène de Schultz,  s’inspire de la méthode d’autosuggestion d’Emile Coué, réalisée à partir de formules répétées.

Les bases de la méthode

La séance débute par une induction au calme. En position allongée ou assise, la tête penchée en avant, il s’agit, dans un premier temps, de relâcher les muscles progressivement en énonçant la formule « Je suis tout à fait calme ». L’exercice se poursuit ensuite par la réalisation de deux exercices fondamentaux, basés sur la pesanteur et la température du corps. A l’aide de formules adaptées et répétées cinq à six fois, chaque partie du corps (bras gauche puis droit, jambe gauche puis droite, etc.) va se détendre et s’abandonner, et la chaleur obtenue régulera le flux sanguin.

La relaxation ultime

Le TAS peut s’arrêter à ce niveau là ou peut être complété, après l’absolue maîtrise de ces premiers éléments, par la réalisation d’exercices complémentaires, dans le but de parfaire la relaxation. Avec la formule « Mon cœur bat calme et fort », l’état d’excitation est supprimé et avec la formule  « Je suis tout(e) respiration », l’accent est mis sur le souffle, pour parvenir, peu à peu, à celui correspondant à l’endormissement. Ensuite, viendra « mon plexus solaire est tout chaud » pour ressentir la chaleur à partir de votre abdomen, tout en enchaînant avec « Mon front est agréablement frais », pour éviter les vertiges.

Fin de séance

Dans tous les cas, le TAS se conclut par une reprise énergétique, introduite par quelques mouvements vigoureux de flexion des avant-bras, une respiration profonde et l’ouverture des yeux. Cette étape est primordiale, sans quoi, il y a le risque de ressentir des maux de tête, des fourmillements et des engourdissements.

Conseils de lecture

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>