La procrastination : qu’est-ce que c’est réellement?

Comme vous avez certainement déjà eu l’occasion de le lire si vous êtes un lecteur régulier de ce blog de développement personnel, notamment dans cet article, je me suis fixé beaucoup d’objectifs pour l’année 2009. Ceux-ci sont assez chronophages et nécessitent donc de ma part une bonne organisation et une grande discipline personnelle. Il est donc logique pour moi d’étudier les moyens d’améliorer ma productivité.

A ce titre, je m’intéresse en ce moment à la procrastination, notamment en écoutant des podcasts tels que celui-ci (attention, anglophobes s’abstenir). Il s’agit d’un podcast très intéressant, réalisé par un professeur universitaire fondateur d’un groupe de recherche sur la procrastination. Il explique ce qu’est la procrastination et comment l’éviter.

Ce qui m’a marqué c’est que la définition de la procrastination donnée dans le premier épisode tranche quelque peu avec celles que l’on peut trouver habituellement.


En effet, selon Wikipedia, par exemple, la procrastination « désigne la tendance pathologique à systématiquement remettre au lendemain quelques actions ».


L’auteur du podcast, au contraire, explique que remettre une tâche au lendemain n’est pas forcément synonyme de procrastiner. En tout cas, cela ne suffit pas à définir la procrastination (c’est une condition nécessaire mais non suffisante). En effet, si l’on a repoussé cette action parce que quelque chose de plus urgent et important est survenu, il ne s’agit pas de procrastination.

La procrastination, c’est repousser quelque chose et ressentir une réponse émotionnelle qui se traduit par un sentiment de culpabilité ou d’anxiété. En outre, procrastiner implique ressentir ce report comme irrationnel : on sait que le moment pour agir est maintenant et pourtant on fait tout sauf cela.


Pour moi, cette définition est extrêmement intéressante.

En effet, cela veut tout d’abord dire que ne pas effectuer une action à la date que l’on s’est fixée ne signifie pas forcément procrastiner. Si une autre tâche imprévue mais plus importante et nécessitant une action immédiate se présente à nous, la faire avant l’action initialement prévue est tout simplement logique et normal.

Ce que j’en déduis c’est que, dans un tel cas, il est inutile de se reprocher d’avoir remis cette action à plus tard : c’est contre-productif et, surtout, cela pourrait nous pousser à réellement procrastiner par la suite.


En revanche, selon moi, cela signifie également que faire toute chose autre que la tâche la plus importante que l’on ait à faire c’est procrastiner. Peu important si le délai que l’on s’est accordé par accomplir une tâche est de 2 semaines par exemple, si celle-ci est la plus importante, c’est celle que l’on devrait être en train de faire en ce moment. D’ailleurs, si ce délai est plus long que nécessaire, s’être fixé un tel délai est dores et déjà de la procrastination.

Imaginons, par exemple, que je me sois fixé 3 activités prioritaires à effectuer dans une journée donnée : écrire un article pour mon blog, lire un chapitre du livre que j’ai actuellement sur ma table de chevet et faire un entraînement sportif. Ces activités sont classées par ordre de priorité, donc l’écriture d’un article est l’activité la plus importante. Si je choisis de commencer par la lecture de mon livre ou par le sport, je suis en train de procrastiner.

Cela peut peut-être sembler évident à certains d’entre vous mais cela ne l’était pas forcément pour moi. Pour être honnête, je commence d’ailleurs souvent par les tâches de priorité 2 ou 3 car je considère qu’elles sont suffisamment importantes. Les trois tâches figurent sur mon emploi du temps de toute façon donc je me dis qu’au final je vais toutes devoir les accomplir quel que soit l’ordre. Je me sens vaguement coupable et anxieux en me disant que je ne suis pas en train de faire la tâche la plus importante, mais je me réconforte en pensant que je la ferais certainement ensuite.

La définition donnée dans ce podcast me montre qu’en agissant de la sorte je suis en fait en train de procrastiner. En effet, je n’ai aucune raison de ne pas être en train d’effectuer la tâche de priorité 1. De plus, en la remettant à plus tard, je ne fais qu’entretenir un sentiment d’impuissance et des émotions négatives par rapport à celle-ci.

Même faire l’activité de priorité 2 n’est pas suffisant. En effet, cela ne fait que me faire courir le risque de ne pas avoir le temps d’effectuer la tâche la plus importante si, par exemple, un imprévu intervient. En outre, même si j’ai finalement le temps de débuter cette activité numéro 1, cela se fera dans un état de stress étouffant et inconfortable et peu propice à un travail de qualité.


Je pense que beaucoup d’entre nous, à des degrés plus ou moins important, procrastinent de cette manière et reportent (voire évitent de faire) ce qui est réellement important en commençant systématiquement par ce qui n’est que secondaire. Regardez autour de vous au bureau par exemple, je suis prêt à parier que l’écrasante majorité de vos collègues commencent leur journée par consulter leurs emails même si c’est généralement loin d’être la tâche la plus importante qu’ils aient à effectuer.


Et vous? La procrastination est-elle présente dans votre vie? La considérez -vous comme un frain à votre développement oersonnel? Cela augmente-t-il votre stress et vous empêche-t-il de profiter de votre temps libre?

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

9 réflexions au sujet de « La procrastination : qu’est-ce que c’est réellement? »

  1. Ping : Améliorer sa productivité avec la règle des 45 minutes | S'améliorer

  2. Ping : Aube, Sol et Sens » Blog Archive » Ok, ok ! Je m’y met …. donc: La procrastination

  3. Ping : Perfectionnisme et procrastination | S'améliorer

  4. Ping : Developpement personnel : La procrastination

  5. Ping : Best of 2009 de Sameliorer.com | S'améliorer

  6. bonjour
    je découvre cet article vraiment très intéressant – je vais le creuser car je pense y trouver des ressources pour me permettre de mieux vivre aussi bien ma vie familiale que ma vie professionnelle ou mes hobbies

    un tout grand merci

  7. C’est vraiment mon probleme. Je suis malheureuse pour cela. Je fais toujours pour les autres, je suis capable de laisser ce que j’ai à faire et m’occuper des autres ou d’autre choses qui peuvent attendre. Pour moi, j’ai besoin de quelqu’un avec moi.
    Dans l’urgence, je peux travailler toute la nuit pour finir.
    C’est dur de vivre cela, et c’est triste; je me dis demain ou la prochaine fois, je m’y prendrai très tôt pour ne pas depasser la date butoir, mais ça repart.
    Comment faire?
    J’ai tout ce qu’il faut pour m’organiser, je crée tout document, planning, mais
    l’application est toujours loin d’excution.
    Quand j’ai quelqu’un avec moi ça va. Que faire? Or je me rends compte que, lorsque je commence, et que je suis concentrée sans me préoccuper de rien, j’y arrive. Comment faire? Comment peut on changer cette situation désagréable, qui peut mettre en échec tout un travail, malé le talen qu’on a!
    A l’aide! Au secours! Je decouvre ce mot depuis 15 jours, et je me rends compte que ça existe, je ne suis pas seule. Est-ceque les autres en souffrent?

  8. Je suis tombée sur votre article, et je me demandais si ce que je vis depuis presque 1 an n’est pas de la procrastination… Autant je me fais des idées et je suis juste une feignante qui se cherche des excuses, donc j’aimerais avoir votre avis.

    J’ai toujours tendance à faire au dernier moment ce que je dois faire, que ce soit dans mes études (je suis en Master 1 à l’université), mon travail ou les corvées ménagères par exemple.

    Je ne respecte pas un ordre des priorités quand je travaille : si j’ai une chose importante à faire mais fastidieuse d’un côté et de l’autre une chose moins importante mais plus intéressante, je commencerai toujours par cette dernière, au risque de ne pas faire du tout cette chose importante…

    Avant de commencer à travailler j’ai toujours une bonne excuse : ranger mon bureau, « ca sert à rien de commencer maintenant j’aurai pas le temps de finir… », je suis trop fatiguée… Au final je ne travaille pas beaucoup dans une journée et j’accumule du retard et je culpabilise… mais la culpabilité ne change rien…

    Je n’arrive pas à rester concentrée très longtemps sur mon travail, j’ai toujours envie de m’accorder une pause dont au final je ne profite pas car je culpabilise de perdre mon temps… mon petit ami avec qui je vis ne m’aide pas pour ça en me faisant remarquer que je devrais plutôt travailler (je suis en stage actuellement et je travaille depuis mon domicile et lui aussi travaille à la maison la plupart du temps).

    Le phénomène s’est aggravé recemment quand une série de problèmes d’ordre personnels sont apparus : soucis d’argent, problèmes relationnels, décès… la seule chose que je faisais avec enthousiasme était un projet qui me tenait à coeur et qui m’intéressait énormément…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>