La méthode Coué

Psychologue et pharmacien, Emile Coué (1857-1926) est le fondateur de la méthode Coué. Mise au point dans le but d’apporter un mieux-être, tant physique que moral, la méthode Coué s’inscrit aujourd’hui parfaitement dans les méthodes de développement personnel.

Principe de la méthode Coué

Elle repose sur l’auto-suggestion et les idées positives. Et part du principe que chaque idée ou pensée imprimée dans l’esprit d’un individu tend à devenir une réalité possible pour ce dernier. Ainsi, qu’elles soient négatives ou positives, les pensées sur un sujet ont des conséquences. D’où l’importance de l’auto-suggestion positive. Un individu parvenant à se convaincre qu’il va bien et qu’il est serein a, selon la méthode Coué, de fortes probabilités de concrétiser cet état. E. Coué faisait souvent référence à Blaise Pascal et un texte concernant le vertige et la volonté. Chacun est capable de marcher sur une planche étroite posée à même le sol. En revanche, installée en hauteur, nombreux sont ceux qui imagineront la chute et ne parviendront pas à s’élancer. C’est là le principe de la méthode Coué : imaginer que nous pouvons.

L’imagination guide nos actes

La méthode Coué considère que, au-delà de la volonté, c’est l’imagination qui guide nos actes. Sans en être conscients, nous réalisons des actions grâce à la force de l’imagination. C’est d’ailleurs un point essentiel de cette méthode de développement personnel. L’imagination y représente une ressource et un potentiel que chacun doit pouvoir utiliser efficacement et de façon optimale en disséminant des pensées positives. E. Coué a proposé la formule suivante pour améliorer sa santé : « Tous les jours et à tous points de vue, je vais de mieux en mieux ».

Les consultations d’Emile Coué

Lors des séances avec ses patients, Emile Coué procédait en deux étapes. Avant de pratiquer l’auto-suggestion, il proposait à son patient une séance d’hypnose classique et directive, où il agissait sur les pensées du sujet. L’expérience des doigts serrés est représentative à ce titre. E. Coué intimait à son patient, sous hypnose, de penser qu’il ne pouvait pas desserrer ses doigts, en lui énonçant distinctement qu’il ne le pouvait pas.

Après cette première séance, E. Coué passait à l’auto-suggestion consciente (auto-hypnose), destinée à entraîner chez le sujet l’adhésion aux idées positives.

En savoir plus :

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

7 réflexions au sujet de « La méthode Coué »

  1. Notre cerveau a des vertus formidables et des moyens d’adaptations énormes. Si on s’efforce d’être dans un état donné, notre cerveau l’associera à l’état usuel. Je lis actuellement un livre sur la capacité de modulabilité du cerveau : Les étonnants pouvoir de transformation du cerveau et qui donne des cas de transformations étonnantes et parfois même miraculeux.

      • Bonjour.

        J’ai mentionné le nom du livre peut être de façon un peu trop implicite dans mon commentaire précédent. Son nom est : « Les étonnants pouvoirs de transformation du cerveau : Guérir grâce à la neuroplasticité ».

        A bientôt.

  2. Bonjour,
    Il est indéniable qu’adhérer aux idée positives est une étape essentiel pour tout ceux qui s’intéressent au développement personnel.
    Cependant, une petit question, est-ce de là que vient le nom de l’émission La Méthode Cauet?
    Cordialement.

  3. Merci beaucoup Guillaume de nous rappeler ces bases ! Détail intéressant, c’est qu’Émile Coué devint une grosse star aux US, donnant de nombreuses conférences et vendant beaucoup de livres. En gros, là-bas, il était un peu le Tony Robbins des années 20. :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>