La communication non-violente (CNV)

La CNV en quelques mots

Mise au point dans les années soixante par Marshall Rosenberg, docteur en psychologie clinique, la CNV (communication non violente) a pour but d’améliorer les relations humaines, en se basant notamment sur les principes de l’empathie, de la bienveillance et du respect, de soi et des autres. Appliquée à un niveau personnel ou professionnel, la CNV peut ainsi permettre de désamorcer des conflits, mais aussi d’être en harmonie avec soi-même, en ayant conscience de ses propres besoins. Marshall Rosenberg recherchait dans la vie « la bienveillance, un échange avec autrui motivé par un élan du cœur », sa méthode offre la possibilité de créer des relations sereines et enrichissantes au quotidien.

La méthode

La méthode établie par le docteur Rosenberg repose sur quatre étapes distinctes. La première consiste à observer la situation de manière objective, en faisant abstraction de tout jugement. La seconde nécessite d’identifier les sentiments générés par la situation, tout en veillant à différencier le sentiment et l’interprétation de ce sentiment (par exemple, une situation peut créer un sentiment de tristesse, que l’on peut ensuite interpréter de plusieurs façons : impression d’être trahi, de ne pas être respecté…). Il importe de se limiter à l’expression du sentiment. Il convient ensuite de définir les besoins et les aspirations profondes en lien avec le sentiment, avant d’exprimer une demande précise et claire.

Les bénéfices de la CNV

Qu’il s’agisse de parents, de couples, d’enseignants, de policiers…, la CNV s’adresse à quiconque a le désir de communiquer avec autrui de façon harmonieuse, tout en prenant en considération ses besoins profonds. Cet outil de communication offre les clés pour établir des relations authentiques, qui respectent autant l’interlocuteur que soi-même. La méthode du Dr Rosenberg propose ainsi d’améliorer globalement le quotidien, en y ajoutant une dose de bienveillance et d’empathie.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

3 réflexions au sujet de « La communication non-violente (CNV) »

  1. bonjour à vous . Tout cela est bien joli, mais un excès d’empathie n’est-il pas un effet de mode ? EN tout état de causse je m’oppose à cette époque d’empathie maximaliste ( c’est tendabce …) ) car ça permet à quelques groupesde personnes de se décharger des obligations civiques que réclame uen société uen quation que je vous pose : comment dans ces conditions que vous dé »crivez écapper au risque imminetd ese dilleuer dans la masse etd e faire uen société  » moutonnière . Je finirais par deux citation une quidit que « l’acte gratuit n’existe pas  » et uen autre qui dit que  » la plus grande peur de l’homme est de découvrir le pouvoir illimité qu’il a en lui  » 2 phrase ) méditer , je pense .
    chaleureussement .

    LAURENT DURIEUX

  2. La CNV est une méthode que je vais étudier car elle peut etre intéressante dans le cadre du couple.

    On m’a conseillé ce livre : Les mots sont des fenêtres (ou bien ce sont des murs) : Introduction à la Communication Non Violente de Rosenberg

    Je n’ai pourtant pas entendu que bien de cette méthode. Certains auteurs disent qu’elle est un peu peu trop centré sur soi.

  3. Bonjour,

    La communication non violente est aussi très bénéfique avec les enfants, car sans s’en rendre compte beaucoup d’adultes utilisent ce que certains auteurs appellent « les douces violences » envers eux et qui peut laisser beaucoup de séquelles psychologiques à l’enfant,(timidité, manque de confiance en soi,…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>