L’Art Thérapie

Tout le monde cache, au fond de soi, un artiste. L’art thérapie permet de le faire ressortir afin d’évacuer les maux et les sentiments qui bouleversent notre vie.

La création artistique comme exutoire

Le principe de l’art thérapie est simple : se servir de la création artistique pour affronter les problématiques inconscientes. L’art est ici le chemin qui conduit à une transformation positive sur soi. Cette forme thérapeutique est née en 1940 auprès du peintre anglais Adrian Hill. Ce dernier était atteint de la tuberculose ; pendant sa convalescence, il peignit et, étonnamment, son rétablissement fut rapide. En 1950, les premiers programmes de formation en art thérapie virent le jour aux États-Unis, mais il fallut attendre 1986 pour que le concept arrive en France. Aujourd’hui, l’art thérapie est indiquée chez les enfants et les adolescents souvent réfractaires à d’autres approches psychologiques. Chez les adultes, c’est un excellent moyen de reprendre confiance en soi et d’évacuer son anxiété. Le concept fonctionne également pour les grands malades qui peuvent alors exprimer leurs douleurs, mais aussi chez les toxicomanes et les détenus, pour qui la création provoque une revalorisation d’eux-mêmes.

Le déroulement de la thérapie

Avant de tenter l’expérience, le patient doit choisir son art. Le théâtre, la danse et le conte mettent le corps en jeu et permettent de rejouer ses conflits. Ainsi, l’art vivant dédramatise, exorcise les angoisses et renforce l’unité entre le corps et l’esprit. Le patient peut autrement choisir les arts plastiques – peinture, photo, modelage – qui métaphorisent les problèmes. Les marionnettes, quant à elles, offrent une voix aux figures de l’inconscient, tandis que la musique mobilise les émotions. Une fois cette étape franchie, la première séance se déroule en entretien avec un thérapeute, c’est le moment pour évoquer son mal-être et ses attentes. Par la suite, pas besoin d’être un artiste confirmé pour participer aux séances ! Le thérapeute accompagne le patient, en lui laissant le soin de développer son propre langage symbolique, à travers l’art.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La méthode Vittoz

La vie active peut engendrer du stress et de l’anxiété chez certaines personnes. Face à ces problèmes, la méthode Vittoz aide les patients à retrouver une estime de soi, tout en s’affranchissant des crispations du quotidien.

Une thérapie en douceur

La méthode Vittoz est une technique de relaxation mise au point par le médecin suisse Roger Vittoz. Cette thérapie s’intéresse directement au conscient du patient ; par conséquent, il ne s’agit pas d’une approche analytique comme une psychothérapie ordinaire. L’objectif est, ici, de rééduquer le cerveau pour l’aider à retrouver son équilibre psychique ; et cela, grâce à des exercices simples de la vie courante. Basée sur le fait que le cerveau ne peut pas, en même temps, à la fois recevoir et émettre, la méthode Vittoz propose un rééquilibrage pour permettre au patient de retrouver une certaine concentration et de ne plus se laisser déborder par l’anxiété.

Emettre et recevoir

L’exercice principal de la méthode : la réception sensorielle. Cette dernière consiste à laisser venir une sensation sans chercher à penser, à la juger ou à lui affecter une image. Dans ce laps de temps, il n’y a que la zone sensorielle du cerveau qui est activée, de manière à laisser les autres au repos. Le patient met ainsi de côté l’affectif et peut se concentrer sur ses cinq sens : ouïe, vue, odorat, toucher et goût. Il arrive, ainsi, à se détendre et retrouver une certaine clarté d’esprit.

La concentration

La méthode Vittoz aide, également, à travailler sa concentration. Parfois distraits, les patients ne se focalisent plus sur une idée et en viennent à abandonner trop vite son développement. Ce problème est fréquent chez les personnes actives, mais aussi chez les enfants et les personnes âgées perdant la mémoire. La thérapie de Vittoz vise à retrouver confiance en soi afin d’éviter une concentration basée sur la crispation et l’effort. Les patients développent ainsi leur mémoire et enrichissent leur imaginaire.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La scénothérapie : la lecture à voix haute comme thérapie émotionnelle

Investis dans leur rôle, les comédiens en scène semblent être sous l’emprise d’émotions, intimement liées à leur personnage. C’est le constat que dresse Emile Dars, dans les années soixante. Selon ses observations, ce comédien pense que les textes littéraires, détenant de fortes émotions, peuvent être utilisés dans un but thérapeutique. C’est ainsi que la scénothérapie voit le jour.

Une méthode plurielle

La scénothérapie possède de nombreuses propriétés psychologiques. Pour cette raison, elle est utilisée dans des domaines très variés. Par exemple, les orthophonistes s’en servent dans le traitement du bégaiement. Au fur et à mesure, grâce à la dimension poétique des textes, les mots retrouvent leur pouvoir métaphorique auprès des patients. Chez les adolescents, la scénothérapie est également un bon moyen de les réconcilier avec la lecture qui, une fois centrée sur les émotions, perd son aspect scolaire. Dans un autre registre, la scénothérapie, en milieu carcéral, a pour but de laisser les détenus s’exprimer sans contrainte et leur permet de parler d’autre chose que de leur quotidien.

Une thérapie favorable au développement personnel

En plus de ces nombreuses vertus, la scénothérapie constitue un outil original et efficace de développement personnel. La charge émotionnelle de certains textes littéraires permet de mieux se connaître et de mieux mobiliser les ressources nécessaires à son épanouissement. Elle peut ainsi aider des personnes à définir leurs potentiels et leurs aspirations, afin de réussir à mettre en œuvre leurs projets de vie. La lecture de texte à voix haute implique trois étapes. Dans un premier temps, l’aspect affectif entre en jeu, afin de définir les sensations éprouvées. Dans un second temps, le lecteur donne son avis sur le texte, c’est l’aspect cognitif. Pour terminer, l’aspect conatif précise ce que le texte incite à faire. De Rousseau à Prévert, à chacun d’interpréter les textes à sa manière.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Harmoniser son espace et sa vie grâce à la décothérapie

Entre le stress et le manque de sommeil, nous traversons parfois des périodes difficiles. La solution : casser, déchirer, déplacer… La décothérapie aide à réaménager sa maison et son équilibre intérieur.

Une troisième enveloppe

Un couple s’installe, des enfants naissent, puis grandissent et des petits-enfants arrivent. Ces changements sont parfois accompagnés par des transformations dans la maison. Nous mettons beaucoup de soin à aménager le lieu de vie, le décorer pour bien se sentir chez soi. Telle une troisième enveloppe – selon la psychanalyse – la décoration vient, après la peau et les vêtements. De cette manière, nous cherchons à entretenir et à embellir notre espace intérieur, afin d’évoluer dans une ambiance sereine et réconfortante.

Les vibrations de la maison

L’art de se sentir bien chez soi puise son inspiration dans le Feng Shui, discipline chinoise. L’aménagement de la maison tient compte de la circulation des énergies, de la complémentarité du Ying et du Yang, et de la théorie des cinq éléments – eau, terre, feu, bois et métal – afin d’atteindre une certaine plénitude. De cette manière, pour nous aider à lutter contre le stress et autres maux du quotidien, les décothérapeutes aident à ordonner et décorer une maison, le plus sainement possible. Par exemple, il vaut mieux privilégier les couleurs chaleureuses et le bois, au blanc épuré, difficile à aménager. Au-delà de l’apparence, les meubles ont aussi une dimension d’apaisement, grâce aux textures, aux parfums et au confort.

L’envers du décor

A l’inverse, l’aménagement peut révéler des aspects plus sombres de notre personnalité.

Ainsi, certaines personnes vivent dans des lieux dépouillés, comme s’ils étaient prêts à partir du jour au lendemain. D’autres, en revanche, font des travaux, sans cesse, de façon obsessionnelle, mais ne semblent jamais satisfaits du résultat. Certaines maisons entravent l’épanouissement personnel, soit parce qu’elles sont peu fonctionnelles ou remplies de vieux meubles, lourds de souvenirs. Changer les couleurs et se débarrasser d’objets inutiles, peut donc aider à remettre de l’ordre dans ses idées, et dans sa vie.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La méthode Auto-Tipi exorcise vos peurs

La méthode Auto-Tipi – Technique d’Identification sensorielle des Peurs Inconscientes – vous invite à « désactiver » vos émotions négatives telles que les colères démesurées, les phobies, etc. Retour sur une méthode dotée d’un taux de réussite proche de 100 %…

L’Auto-Tipi met l’accent sur les sensations

« La philosophie Tipi repose sur le fait que c’est souvent intellectuellement que nous tentons de comprendre nos difficultés, alors que seules nos sensations peuvent nous conduire à l’origine de nos peurs » explique Aleth Naquet, une psychologue formatrice Auto-Tipi. En d’autres termes, c’est en parvenant à déterminer quelles sont les sensations qui naviguent au sein de notre corps au moment de l’expression de cette peur, qu’elle pourra disparaître.

Les séances d’Auto-Tipi

La veille de la première séance, la formatrice Tipi appelle chaque participant pour identifier une peur et un souvenir précis où elle s’est exercée. Par exemple, l’inhibition en public et le retour sur une intervention publique ratée. Le lendemain, la séance débute par une présentation théorique du fonctionnement de la méthode Auto-Tipi, suivie d’une présentation des membres et de la peur qu’ils souhaitent « combattre ».

Ensuite, pendant 5 minutes, chacun est invité à revivre la scène en laissant les émotions monter librement, sans lutter contre elles. A noter qu’il ne s’agit pas, ici, de rechercher le souvenir des émotions, mais simplement de replanter le décor pour les vivre à nouveau… Qu’éprouve, alors, le corps ? … Vient enfin, le partage des ressentis de chaque expérience : si certains parviennent à immédiatement se « désactiver », d’autres nécessitent une seconde session avant de constater la disparition totale des symptômes.

L’une des forces de la méthode Auto-Tipi est de nous fournir les clés pour l’adapter à toutes nos autres peurs, en toute autonomie, sans avoir à consulter de nouveau la formatrice.

Source : http://www.psychologies.com/Therapies/Developpement-personnel/Methodes/Articles-et-Dossiers/La-methode-AutoTipi

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La chromothérapie : les vertus des couleurs

Les fondements de la chromothérapie

Partant du postulat qu’au quotidien, les couleurs nous influencent continuellement – tant sur les plans physique, psychique qu’émotionnel – la chromothérapie cherche à harmoniser l’individu. En stimulant l’équilibre de son énergie vitale, elle encourage les processus de guérison naturelle. Cette médecine douce, fondée sur les propriétés curatives des couleurs, stipule que chacune d’entre elles agit en fonction du degré de chaleur qu’elle symbolise, en envoyant des vibrations énergétiques par des ondes plus ou moins longues. Par ailleurs, on trouve également des influences orientales : en effet, cette discipline prend en compte l’existence des points d’acupuncture et des chakras – qu’elle considère comme zones d’entrée de toutes les énergies.

En pratique

En pratique, la chromothérapie se dispense par la diffusion de rayons de lumière sur certains espaces du corps. Chez soi, il suffit d’installer une lampe ou une ampoule spécialisée pour profiter des bienfaits de la technique : ces appareils, assurant une diffusion uniforme de 7 à 16 couleurs, aident l’organisme à regagner toute sa vitalité et favorisent un mieux-être généralisé. Dans le même registre, il existe des baignoires dotées de rayons diffusant des lumières colorées – elles permettent aux utilisateurs d’optimiser leur détente grâce aux vertus de la balnéothérapie. Finalement, ces outils laissent leurs usagers libres de choisir les couleurs qui correspondent le mieux à leurs besoins, sachant que le bleu et le vert apaisent tandis que les nuances chaudes comme le jaune ou le rouge redonnent énergie et joie de vivre.

Les bienfaits de la chromothérapie

L’avantage du traitement chromatique se situe dans son appréciable flexibilité : il peut, en effet, s’adapter aux besoins de chacun, en apportant ses effets positifs sur de nombreuses pathologies. Ainsi, sur le plan physique, on a d’ores et déjà constaté les bienfaits de la méthode pour remédier aux troubles circulatoires, respiratoires, musculaires ou encore digestifs. Dans la vie de tous les jours, il facilite la diminution des migraines et de la fatigue chronique en remédiant aux problèmes d’insomnie. Enfin, sur le plan psychologique, si les couleurs ont un réel pouvoir apaisant et relaxant, elles recèlent par ailleurs de véritables propriétés antidépressives – et ont également prouvé leur efficacité sur des sujets obèses ou victimes de troubles du comportement alimentaire.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La technique de libération émotionnelle EFT

Mise au point en 1991 par Gary Craig, ingénieur à l’Université de Stanford, l’EFT (Emotionnal freedom techniques) est une thérapie basée sur le rééquilibrage de l’énergie vitale circulant le long des méridiens.

L’EFT en bref

A l’image du shiatsu, de l’acupuncture et des différentes thérapies inspirées de la médecine chinoise, l’EFT utilise le flux énergétique traversant chacun d’entre nous par le biais des méridiens pour soulager certains maux, physiques ou émotionnels, et apporter un bien-être général.

Partant du principe que les émotions négatives, ou toxiques, sont le fruit d’un déséquilibre énergétique, l’EFT propose de rétablir une harmonie des énergies vitales, simplement par la pression de certains points spécifiques, reliés à des organes ou des zones du corps en particulier. Les émotions négatives sont ainsi évacuées, ce qui créé une libération émotionnelle chez l’individu.

Comment pratiquer l’EFT ?

L’EFT peut être pratiquée par un praticien, mais il est aussi parfaitement possible de l’auto-pratiquer, grâce une connaissance précise des points sensibles et de leur impact sur les émotions.

Anxiété, peur, colère, honte mais aussi culpabilité, stress ou frustration peuvent être libérées en stimulant avec les doigts certains points d’acupuncture, situés sur le visage ou le corps. Concrètement, le fait d’exercer une légère pression des doigts sur le point situé sous le nez aidera à développer l’aisance et la confiance en soi, ainsi que l’acceptation de soi-même. De même, la stimulation du point sous la clavicule, qui possède une correspondance avec le rein, permet d’agir sur les peurs et les crises de panique.

Cette technique est par conséquent simple à mettre en application, mais ne doit pas remplacer une consultation avec un spécialiste dans le cas de troubles sérieux et chroniques, si nécessaire.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La somatothérapie pour une meilleure connaissance de soi

Partant du principe que le corps et l’esprit sont entièrement liés, la somatothérapie est une méthode de relaxation permettant d’apprendre à se connaître et ainsi s’ouvrir à l’épanouissement.

La somatothérapie, qu’est ce que c’est ?

La somatothérapie est un ensemble de techniques psycho-corporelles utilisées en thérapie. Elles font appel à la mémoire cellulaire – forme d’inconscience mentale ancrée dans les cellules du corps humain depuis la naissance  –  pour libérer des blocages profonds et engendrer un lâcher prise total de la part de l’individu. En effet,  le corps, depuis le début de la vie, enregistre tous les événements de celle-ci : moments heureux ou traumatismes de jeunesse,  ces souvenirs s’ancrent durablement dans notre organisme par le biais des cellules.

La somatothérapie permet de réveiller cette mémoire interne, libérant ainsi la résistance physique de nos émotions, de façon à lever les blocages mentaux. Suite au massage, de nombreux ressentis reviennent à la surface, permettant à l’individu de traiter ces émotions et d’aller au-delà des comportements inappropriés générés par ces troubles. Une autre façon d’avancer dans la vie, en laissant derrière soi les problèmes du passé.

Plus qu’un massage, une véritable méthode d’épanouissement personnel.

La somatothérapie permet à l’individu de faire le lien entre son corps et ses différentes composantes psychologiques et émotionnelles. En d’autres mots, cette technique de relaxation contribue à révéler la constante relation, existant entre l’organisme et l’esprit,  et vise à les réunir.

La pratique régulière de la somatothérapie amène l’individu à se dévoiler petit à petit, mettant en lumière ce qu’il est au plus profond de lui. Cette méthode est considérée comme un véritable outil de développement personnel et de connaissance de soi, source d’épanouissement personnel.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La Gestalt Thérapie

Une thérapie basée sur les émotions

La Gestalt Thérapie est une thérapie psychocorporelle qui tient à « donner une structure » (« Gestalten » en allemand) à la personne, autrement dit, une vision globale pour mieux se comprendre. Se reposant sur les émotions, elle se focalise sur les relations de l’individu avec son environnement pour l’aider à établir – ou rétablir – un bon contact.

Initiée par Friedrich Perls (Fritz), psychanalyste émigré aux Etats-Unis, la méthode consiste essentiellement, à exprimer son ressenti sur des situations. Publiée en 1951, il faudra attendre la parution dans le magazine Life, en 1968, d’un portrait de son auteur pour donner une impulsion décisive à la Gestalt Thérapie : un goût d’authenticité, à l’image de son créateur, qui suscitera l’envie, chez une génération avide de trouver de nouvelles valeurs.

Les concepts de base de la Gestalt Thérapie

L’idée phare de la méthode est de réussir à mettre de la perspective dans n’importe quelle situation : avec soi-même (sensation, respiration, posture, ressentis etc.), avec autrui (blocage, inhibition, ressource, etc.) et avec son environnement (introversion, curiosité, etc.). L’intérêt n’est pas de supprimer nos blocages mais de parvenir à les éviter, en apprenant à les utiliser au mieux, et de manière positive.

La thérapie fonctionne concrètement par étape : la première permet d’exprimer le problème, à l’aide de mots, et d’instaurer la confiance nécessaire, entre le patient et le thérapeute ; la seconde confronte l’individu à des situations, dans le but de lui faire prendre conscience des difficultés, et d’expérimenter des solutions ; et enfin, l’ultime étape est un temps consacré à l’assimilation, la découverte et la gestion des nouvelles émotions.

Thérapie de groupe

La Gestalt Thérapie est également pratiquée en groupe. Le procédé est simple : une personne partage une difficulté avec l’ensemble du groupe qui échange sur le sujet et travaille avec elle. De session en session, les personnes finissent par se connaître et même si, une seule personne intervient par séance, chacun y trouve un bénéfice personnel. C’est le concept « d’ajustement créateur », cher à Friedrich Perls !

Selon lui, la Gestalt Thérapie ne devrait pas être limitée aux personnes connaissant des troubles médicaux ou psychiatriques car il s’agit avant tout d’un art de vivre, une vraie philosophie de vie !

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La Méthode Feldenkrais

La Méthode Feldenkrais : pour qui, pour quoi ?

La Méthode Feldenkrais est un concept assimilé à de l’auto-éducation sur les mouvements, dans le but de développer la mobilité du corps. Destinée au départ aux personnes souffrant de douleurs, elle séduit aujourd’hui également les sportifs, les danseurs, les musiciens, les comédiens ainsi que toutes les personnes soucieuses de mieux exploiter leur corps. Sa pratique permet en effet, d’améliorer la flexibilité, la mobilité, d’obtenir une meilleure perception sensorielle, de réduire la douleur et l’inconfort d’un souci neuromusculaire et d’augmenter l’efficacité des mouvements.

Les origines

Son créateur, le physicien ukrainien Moshe Feldenkrais, rencontre au début du XXème siècle le fondateur du Judo, Jigoro Kano, qui l’entraine dans le monde des arts martiaux. Rapidement ceinture noire, il participe à la création du Jiu-jitsu club de France, future fédération française de judo. Durant la seconde guerre mondiale, il rejoint les services secrets de la marine britannique où il finit par être blessé sérieusement au genou. Refusant la chirurgie, il développe une méthode pour se déplacer sans douleur, qu’il finit par enseigner et diffuser, par la formation de nouveaux praticiens. Initiée uniquement, au départ, en Israël et en Californie, il faudra attendre les années 80 pour qu’elle arrive sur le continent européen.

Déroulement d’une séance

Décédé en 1984 à tel-Aviv, Moshe Feldenkrais laisse derrière lui, une méthode qui s’apparente à de la gymnastique d’un point de vue extérieur, mais dont le but n’est pas de reproduire mécaniquement un mouvement, mais d’en appréhender chaque étape dans les différentes parties du corps et y clarifier ses orientations dans l’espace. L’application concrète peut être collective ou individuelle. Lors d’une séance à plusieurs, les exercices sont réalisés librement, sans efforts, dans le seul objectif de se faire plaisir et retrouver de la souplesse et des capacités. Dans une séance individuelle, le praticien est davantage présent : il guide, sans pour autant interférer, à travers de nouveaux mouvements et d’utilisation de son corps. L’intérêt dans les deux cas est d’inviter les élèves à prendre conscience si un comportement est synonyme d’inconfort ou au contraire, de confort.
Aujourd’hui, les praticiens préfèrent parler d’une méthode de « développement corps-esprit » plutôt que d’employer l’expression de « thérapie manuelle ».

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les vertus du chant

 

Sous la douche, en voiture ou dans une chorale, chanter est source de multiples bienfaits. Entre musculation, détente, confiance en soi et bien-être, les raisons de chanter ne manquent pas.

Chanter, un sport complet

Si les cordes vocales sont les muscles principaux sollicités par le chant, de nombreux autres le sont également : des muscles faciaux au muscles du dos, en passant par le ventre, les épaules, ou encore les cuisses et les jambes. Chanter nécessite en effet d’adopter une posture adéquate, qui sollicite le corps dans sa quasi intégralité. Les professeurs de chant enseignent à ce titre à ouvrir le dos, pour extérioriser les sons de façon optimale. Mais ils insistent aussi sur la position idéale pour chanter, en étant notamment bien stable sur ses jambes. Car si le son sort par la bouche, il chemine à travers le corps, et ne doit par conséquent pas être entravé.

Le chant et le souffle

La pratique du chant est également liée au souffle. Chanter régulièrement permet en effet de développer la  respiration, comme c’est le cas dans la pratique du yoga ou de la sophrologie. En apprenant à maîtriser son souffle, le chanteur s’offre un bien-être profond et général. Sans oublier que le travail sur la respiration réalisé en chantant permet d’oxygéner l’ensemble de l’organisme. Effet direct de cette détente, les angoisses et les inquiétudes se dissipent, la concentration est améliorée, un équilibre général apparaît, et la confiance en soi est renforcée.

Chanter libère les émotions

Partant du principe que le chant est un moyen d’expression, il est alors aisé de comprendre l’impact qu’il peut avoir sur les personnes au niveau émotionnel. La pratique du chant permet en effet d’exprimer et d’évacuer les émotions contenues, parfois cachées, sources de tensions et de stress. D’où le sentiment de bien-être ressenti après avoir chanté. De plus, le diaphragme étant particulièrement sollicité, il arrive souvent que ce sentiment soit suivi d’éclats de rire, eux-aussi libérateurs. 

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La thérapie du silence

Explications…

Préconisée chez les citadins, exposés aux bruits, la thérapie du silence permet de renouer avec soi-même, d’apprendre à maîtriser ses émotions et de comprendre ses sentiments profonds. Aujourd’hui, les professionnels de la santé s’accordent à dire que le vacarme quotidien est responsable, à la fois, des sauts d’humeurs et d’un vieillissement précoce. Il convient parfaitement aux personnes colériques, surmenées ou simplement fatiguées, qui peuvent, alors, y trouver le repos de l’esprit (si seulement celui-ci pouvait se mesurer comme à la manière d'un oscilloscope numérique qui mesure les signaux électriques, ce serait tellement simple!). Les thérapeutes préconisent, en général, une « séance de silence » une fois par semaine, idéalement le dimanche, afin d’évacuer les tensions des 6 autres jours de la semaine. La méthode est simple : il suffit de s’isoler dans un espace tranquille et profiter sereinement du silence, pendant 30 minutes à une heure, selon ses besoins.

Éveils

Frédéric Hurteau, spécialiste en psychologie et en counselling transpersonnel, explique que « dans la majorité des cultures, on retrouve quatre universels de guérison : la danse pour le corps, le chant pour le cœur, les contes et légendes pour la pensée et le silence pour l’âme. Le silence donne, à l’ego, la perspective nécessaire pour que s’installe une vision claire, élargie, une lecture en profondeur, au-delà de la grande souffrance qui accompagne souvent le passage des moments initiatiques de la vie. » [i]

Multiples bienfaits…

Le silence apaise et aide à faire le point. Si elle est évidemment conseillée pour évacuer le stress, cette thérapie se révèle très efficace pour résoudre d’autres problèmes du domaine affectif, personnel ou professionnel. Peut-être est-il utile de se rappeler que beaucoup de personnes influentes ont déjà magnifié le pouvoir du silence :

-          « Rappelez-vous que le silence est parfois la meilleure des réponses. » XIVe Dalaï Lama

-          « L’affaire n’est pas de trouver mes mélodies, mais plutôt de ne pas les piétiner, le matin en sautant hors du lit. » Jean-Sébastien Bach

Frédéric Hurteau conclue en pointant le fait que si, en Occident, on partage une minute de silence à l’occasion d’un décès, n’était-ce pas parce qu’il s’agit de la seule « nourriture » qui apaise, en pareille situation (alors même que les mots sont inutiles ?)

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La Chromothérapie

La chromothérapie en quelques mots

Médecine douce destinée à soulager ou apaiser certains maux, la chromothérapie – ou chromathérapie – repose sur l’influence des couleurs sur l’état physique, psychique et émotionnel de l’homme. Connue depuis la nuit des temps, cette technique était notamment utilisée par les civilisations grecques et égyptiennes pour construire leurs temples. De même, en Asie, la chromothérapie s’intègre à part entière dans la médecine ayurvédique : les couleurs jouant un rôle essentiel sur la circulation harmonieuse du Chi, l’énergie vitale. En Occident, plusieurs études ont été menées au début du vingtième siècle, afin d’évaluer les répercussions des couleurs sur l’être humain.

Chromothérapie et chakras

Le cercle chromatique utilisé en chromothérapie possède douze couleurs, chacune associée à une partie de l’organisme. Toutefois, sept d’entre elles correspondent également aux sept chakras principaux, vecteurs de l’énergie dans le corps. Relié au septième chakra, le violet est la couleur de la purification et de l’apaisement. L’indigo est la couleur du sixième chakra, alors que le bleu est la couleur du cinquième chakra (gorge), et est recommandé dans les cas de stress, de migraines ou de troubles de sommeil. Associé au chakra du cœur, le vert est la couleur de la sérénité et de l’harmonie. Source d’énergie, le jaune est relié au chakra du plexus solaire, et la couleur orange est quant à elle synonyme de dynamisme et d’énergie. Enfin, associé au premier chakra, le rouge est la couleur de la vitalité et de la force mentale.

Pratiquer la chromothérapie

Même si elle peut être réalisée par une thérapeute, la chromothérapie est une discipline qui peut également être pratiquée soi-même. En effet, compte tenu de l’absence de manipulations spécifiques, chacun peut, à condition de bénéficier d’une connaissance précise des couleurs et de leur propriétés, utiliser cette technique pour soulager certains troubles physiques ou émotionnels. Il suffit pour cela de s’équiper d’une lumière halogène et de filtres de couleurs, et d’orienter les faisceaux colorés en direction des zones concernées.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les bienfaits du massage du ventre et de la respiration abdominale

Le ventre : un deuxième cerveau

Considéré comme notre deuxième cerveau, le ventre tient un rôle particulièrement important dans notre santé et notre bien-être général, et mérite à  ce titre toute notre attention. Véritable réceptacle de nos émotions quotidiennes, le ventre exprime ces troubles par différents symptômes, que l’on qualifie de façon globale par les « maux de ventre ». Tensions, angoisses, stress, émotions négatives… affectent notre équilibre et se répercutent de diverses manières sur notre ventre : crampes, ventre dur, ou encore  ballonnements sont autant de signes qui doivent nous alerter et nous pousser à agir.

 

Les bienfaits du massage du ventre

En massant notre ventre, nous l’aidons à se détendre, à apaiser les tensions et à dénouer les nœuds. Le massage du ventre permet en effet d’agir sur le système gastrique, tout en en renforçant les muscles abdominaux. Les problèmes de digestion sont améliorés et les toxines évacuées. Sans compter que la circulation de l’énergie à travers le corps est rétablie. De plus, en relâchant et décontractant le ventre, nous le libérons des tensions et des émotions accumulées. En bref, en détendant notre ventre, nous agissons directement sur notre bien-être général.

 

Les bienfaits de la respiration abdominale

Bien qu’elle soit la façon la plus naturelle de respirer – les bébés respirent naturellement par le ventre – la respiration abdominale est souvent occultée au profit d’une respiration partielle, qui ne permet pas au corps de se ré-oxygéner de façon optimale. En effet, la respiration abdominale, outre d’agir sur les muscles abdominaux, offre l’occasion aux poumons de se charger en oxygène et de rejeter le gaz carbonique inspiré.   Sans oublier que cette technique de respiration constitue un outil anti-stress efficace. D’où l’importance de respirer profondément par le ventre, en ouvrant au maximum sa cage thoracique.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La musicothérapie

Les principes de la musicothérapie

Méthode thérapeutique basée sur l’utilisation de la musique, des sons ou des rythmes sous toutes les  formes, la musicothérapie est à mi-chemin entre la psychothérapie et la rééducation, et vise à favoriser l’expression, la communication, ou encore la structuration chez des malades. Cette pratique est reconnue pour les effets bénéfiques qu’elle entraîne sur les troubles du comportement ou la santé, et fait l’objet d’un intérêt dans de nombreux hôpitaux ou centres de soins. En France, on estime que l’utilisation de la musicothérapie est intégrée dans au moins 400 centres depuis 1970.

Ses applications

La musicothérapie possède de nombreuses propriétés et est source de multiples bienfaits selon les troubles qu’elle s’attache à soulager.  Cette thérapie musicale permet notamment de diminuer l’anxiété ou le stress, de faciliter la communication, de soulager certaines douleurs… Elle possède également une action positive auprès de personnes souffrant de schizophrénie, et contribue à améliorer la coordination chez les malades de Parkinson. Dans le cas d’enfants ou adolescents autistes, la musicothérapie peut permettre de faciliter la communication. Certaines études ont notamment mis en évidence l’augmentation des vocalisations, des verbalisations et des gestes, ou encore de l’attention. On citera également les vertus de la musicothérapie dans l’amélioration du sommeil, grâce aux effets calmants et apaisants de la musique, reconnus universellement.

La musicothérapie en pratique

Même s’il existe des formations prodiguées dans certaines écoles ou universités, la musicothérapie requiert certaines compétences et qualités. Une formation de psychologie, de soignant – infirmier, AMP, aide-soignant…-, ou d’acteur socio-éducatif, alliée à un goût prononcé pour la musique, peuvent conduire à devenir musicothérapeute, dans la mesure où il ne s’agit pas d’enseigner la musique mais de l’utiliser comme moyen thérapeutique pour accompagner ou aider des malades. Un musicien devra en revanche suivre une formation en psychologie pour pratiquer.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.