Le thé kombucha : un détoxifiant naturel

Le thé Kombucha est une boisson dont on rapporte qu’elle était consommée en Chine il y a plus de deux mille ans, utilisée pour ses vertus thérapeutiques. Cette boisson est également largement consommée en Russie ou en Mongolie, d’où elle est originaire. Sa préparation fait l’objet d’un dosage équilibré de différents ingrédients, parmi lesquels on trouve le thé (noir ou vert), le sucre, l’air et la kombucha.

Composition du thé kombucha

La kombucha signifie littéralement « algue de thé » et constitue l’élément de base de l’élaboration du thé kombucha. La fabrication de cette boisson consiste à fermenter du thé à partir des levures et bactéries contenues dans la kombucha. On immerge ainsi ce « champignon » dans du thé sucré et on le laisse macérer. Au bout d’une dizaine de jours, la fermentation donne lieu à une boisson désaltérante, à la fois acide et pétillante.

Bien que sa composition varie selon son mode de préparation, le thé kombucha contient différents éléments tels l’acétate d’éthyle, l’acide acétique et les lactates, ainsi que de l’acide glucuronique, de l’acide gluconique, de l’acide lactique ou encore de l’acide folique, des antibiotiques et des vitamines (B1, B2, B3 B6 et B12).

Effets sur la santé

Cette boisson serait bénéfique pour préserver une bonne santé de façon générale. Elle agirait notamment sur le stress, les troubles digestifs et du sommeil. Elle est également appréciée pour ses propriétés diurétiques, détoxifiantes, régénératrices et anti-microbiennes. L’efficacité du thé kombucha repose sur l’existence des bactéries développées lors de la fermentation du thé. Or, la commercialisation de ce produit nécessite le recours à des conservateurs, lesquels détruisent ces mêmes bactéries. D’où la multiplication de recettes « fait maison » afin de réaliser soi-même son propre thé kombucha.

Néanmoins, et bien que reconnu pour les nombreux bienfaits qu’il génère chez ses utilisateurs, aucune étude scientifique ne confirme les vertus du thé kombucha à ce jour. Une étude publiée en 2003 par la revue Ernst met ainsi en avant l’absence d’efficacité démontrée quant à l’utilisation de cette boisson comme remède. Certains scientifiques émettent d’ailleurs de vives critiques concernant l’efficacité, alléguée par certains, du thé kombucha pour lutter contre le cancer et autres maladies.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les vertus du radis noir pour éliminer les toxines

Le radis noir en quelques mots

Légume ancestral originaire d’Europe de l’Est, mais initialement cultivé en Asie, le radis noir – raphanus sativus – n’a fait son apparition en France qu’au XVIII ème siècle. Particulièrement riche en vitamine C, en potassium, en fibres et en sels minéraux, ce légume offre de nombreux bienfaits pour la santé et le bien-être en général. Nutritif et peu calorique (15 Kcal pour 100 g), il fait partie intégrante de la culture gastronomique asiatique. Le régime Okinawa en préconise d’ailleurs une consommation quotidienne, pour une bonne santé et pour une longévité optimale.

Les propriétés du radis noir

Au-delà de ses propriétés nutritionnelles, le radis noir est également réputé pour son action sur le transit intestinal. Ce légume, à mi-chemin entre le navet et le radis rose, est en effet très efficace pour drainer la vésicule biliaire et le foie, et évacuer les toxines et autres déchets. Ainsi, les digestions difficiles et certains troubles hépatiques (coliques hépatiques, allergie digestive…) peuvent trouver dans le radis noir un précieux allié. A noter en outre que le radis noir joue un rôle antibactérien sur la flore intestinale. Il est cependant conseillé aux personnes souffrant de troubles de la vésicule biliaire ou hépatiques d’éviter une consommation trop importante de radis noir.

Comment utiliser le radis noir ?

Cru ou cuit, le radis noir peut aussi se consommer sous forme de gélules, disponibles aux rayons phytothérapie des pharmacies ou en magasins biologiques. On peut ainsi envisager de le râper, après avoir préalablement ôté sa peau noire épaisse. Certaines personnes peuvent être gênées par son odeur relativement forte, il est alors préférable de l’associer avec du pain et du beurre, voire un peu de crème. Le radis noir accompagne également parfaitement les plats cuisinés, tels le pot-au-feu. Dans tous les cas, il convient de le choisir ferme, et de le conserver dans un endroit frais.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’argilothérapie : l’argile qui guérit

L’argilothérapie en quelques mots

Technique de soin naturelle, l’argilothérapie consiste à utiliser l’argile pour ses vertus thérapeutiques et son action sur le bien-être et la beauté en général. L’argile est en effet une roche sédimentaire, particulièrement riche en sels minéraux et oligoéléments ; elle contient notamment de l’aluminium, du magnésium ou encore du potassium. De différentes couleurs, du vert au blanc, en passant par le rouge, le rose ou le jaune, l’argile peut être utilisée par voie interne (diluée avec de l’eau) ou par voie externe (cataplasme, bain de boue ou masque) en argilothérapie, et offre de nombreux bienfaits à ses utilisateurs. Ses propriétés absorbantes, antibactériennes et couvrantes en font en effet un précieux allié santé, beauté et bien-être.

Les propriétés de l’argile verte

La plus répandue parmi les argiles existantes, l’argile verte possède de nombreuses vertus, et présente de nombreux bienfaits dans divers domaines. En usage externe, elle peut être utilisée pour apaiser les varices et les hématomes, et est également particulièrement adaptée pour réaliser un masque de beauté. Son action est en effet très bénéfique pour la peau, qui est nettoyée en profondeur, et régénérée. De même, en masque capillaire, elle intervient pour réguler la production de sébum. Quant à une utilisation en interne, elle apaise les douleurs rhumatismales et tonifie les organismes fatigués.

 

L’argile blanche

Également appelée kaolin, l’argile blanche est notamment réputée pour ses propriétés sur l’estomac. Elle soulage les douleurs, telles les ulcères, en faisant office de pansement gastrique. Utilisée ponctuellement, elle peut aussi faire l’objet d’une cure, et apaise à ce titre les inflammations intestinales et douleurs du côlon (colites). En cosmétique, l’argile blanche est recommandée pour les peaux sèches et fragiles pour sa forte teneur en silice. Employée en masque capillaire, elle possède une action revitalisante sur les cheveux secs.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La passiflore : un calmant naturel

Plante grimpante possédant des fleurs remarquables, la passiflore est une plante répertoriée à plus de quatre-cents espèces, issues majoritairement de l’Amérique du Sud. Parmi ces différentes espèces, la passiflore officinale – passiflora incarnata-  est réputée pour ses nombreux bienfaits pour l’homme.

La passiflore en quelques mots

Selon la légende, la passiflore, fleur ou fruit de la passion, tiendrait son nom de l’épisode de la Passion du Christ, en raison de sa forme particulière, notamment ses filaments, son pistil et ses cinq étamines, susceptibles de rappeler respectivement la couronne d’épines, les clous de la crucifixion et les cinq plaies. Quoi qu’il en soit, la passiflora incarnata était déjà utilisée par les Amérindiens dans le traitement de divers maux – ecchymoses, hémorroïdes, brûlures,…-. Elle est aujourd’hui essentiellement  réputée pour ses propriétés sédatives.

Propriétés et bienfaits de la passiflore

Composée d’alcaloïdes, flavonoïdes, glucosides ou encore tanins et vitamine C, la passiflora incarnata est notamment conseillée dans le cas de troubles du sommeil, et pour calmer les états nerveux ou anxieux. Sans risque pour la santé, elle a également la particularité de ne pas entraîner d’accoutumance, ni de dépendance. Elle peut ainsi représenter une alternative intéressante aux anxyolitiques ou anti-dépresseurs. A noter qu’elle possède aussi des propriétés bénéfiques pour traiter les troubles de la ménopause, sans compter son action antispasmodique.

Utilisation de la passiflore

Alors que les amérindiens tiraient profit des feuilles qu’ils appliquaient en cataplasme pour soigner les blessures, la passiflore est aujourd’hui largement employée en phytothérapie. Qu’elle fasse l’objet d’une consommation par voie interne – infusion, extrait sec…-, ou par voie externe – compresse -, ce sont les parties aériennes de la plante que l’on utilise. A noter qu’il est fréquent de trouver certaines préparations associant cette plante grimpante aux vertus sédatives et calmantes, à la valériane ou encore au houblon.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’apithérapie : se soigner grâce aux abeilles

L’apithérapie en quelques mots

Pratiquée depuis la nuit des temps, l’apithérapie est une technique de médecine douce, basée sur l’utilisation des produits issus de la ruche à des fins thérapeutiques. Ainsi, le miel, la gelée royale, la propolis, le pollen et le venin d’abeille font l’objet d’une attention particulière pour leurs propriétés et les bienfaits qu’ils peuvent apporter. Couramment utilisée en Chine et en Corée du Sud, l’apithérapie tend à se développer en Occident, en particulier en ce qui concerne la gelée royale, la propolis et le miel.

Une méthode thérapeutique ancestrale et universelle

Témoignant de l’ancienneté de cette pratique, des textes chinois datés de deux mille ans font référence à l’apithérapie. De même, le père de la médecine moderne, Hippocrate, faisait usage du miel pour soigner les plaies de ses patients. Il était également convaincu de l’efficacité du venin d’abeille pour son action anti-inflammatoire, notamment pour traiter les maladies telles l’arthrite et les troubles articulatoires. Quant aux Égyptiens, ils avaient couramment recours à l’apithérapie, et appréciaient particulièrement le miel et la propolis pour leurs nombreuses vertus.

Les bienfaits de l’apithérapie

Réputé pour ses qualités cicatrisantes, le miel est également reconnu pour son action bénéfique sur les troubles digestifs et la fatigue. Sans compter son pouvoir bactéricide et antibiotique, intéressant pour traiter les laryngites et les toux. Également très estimée, la gelée royale possède une forte teneur en vitamines, acides aminés et oligo-éléments. Ses effets stimulants et tonifiants s’accompagnent d’une action antibiotique, et influent aussi sur les états anxieux, comme sur l’appareil cardiovasculaire. Quant à la propolis, elle a des effets positifs en termes de cicatrisation, et possède des vertus anti-oxydantes. Le pollen est antibactérien et anti-anémique, et agit sur l’appareil digestif et le système neuro-psychique. Enfin, le venin d’abeille est considéré comme la méthode d’apithérapie la plus thérapeutique, en raison de son action contre les troubles rhumatismaux, arthritiques, mais aussi contre certaines maladies inflammatoires, telles la sclérose en plaques. Toutefois, l’absence de validation scientifique sur le sujet impose la prudence.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La mélisse contre l’herpès

Histoire et usages de la mélisse

Utilisée dans la Grèce antique, la mélisse est une plante herbacée, cultivée aussi bien pour agrémenter un plat en cuisine que pour soulager certains maux. A la fin du Moyen-Âge et à la Renaissance, elle servait à la fabrication de la chartreuse et de la bénédictine, considérées alors comme des élixirs de longue vie et de santé. Cette plante vivace était très appréciée au XIXème siècle pour soulager les troubles digestifs ou nerveux. Il faudra attendre 1978, pour que des chercheurs allemands découvrent ses propriétés antivirales puis 1990, pour que des études cliniques avalisent les effets de la mélisse sur le virus de l’herpès.

Mais au-delà de ces maux, la mélisse peut être utilisée en cas d’insomnie, de nervosité et d’agitation, ou de blessures mineures.

Posologie de la mélisse

Dans le cas de troubles nerveux ou digestifs, la mélisse se prépare de différentes façons :

-          Pour la consommer sous forme de tisanes, il suffit de prendre 1 à 3 fois par jour,  1,5 à 4,5 g de parties aériennes séchées dans 150 ml d’eau ;

-          En extrait liquide, il faut prendre 2 à 4 ml, 3 fois par jour ;

-          En teinture, il s’agit de prendre 2 à 6 ml, 3 fois par jour ;

 

Dans le cas d’herpès labial, il est préférable d’appliquer une crème / lotion 2 à 4 fois par jour jusqu’à la fin des lésions. Il est également possible de réaliser des compresses avec l’infusion.

Pour lutter contre le stress et l’insomnie, il est recommandé de masser les bras et les tempes avec des gouttes d’huile essentielle. Enfin, pour les blessures mineures, il suffit de mélanger 5 gouttes d’huile essentielle avec 1 cuillère à thé d’huile d’olive et de l’appliquer sur la blessure 2 à 4 fois par jour.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les fleurs de Bach pour soigner les troubles émotionnels

Les fleurs de Bach en quelques mots

Médecin anglais bactériologiste et homéopathe anglais né en 1886, Édouard Bach a laissé son nom aux élixirs floraux qu’il a mis au point, destinés à apaiser les différents maux émotionnels. Les fleurs de Bach sont ainsi des essences extraites de diverses fleurs, diluées afin de donner naissance à ces traitements naturels. Après avoir étudié l’impact de chaque essence sur l’humeur et le comportement de ses patients, Édouard Bach a créé trente-huit essences, correspondant chacune à un trouble émotionnel. Et permettant, de façon indirecte, d’agir sur les problèmes physiques, induits par ces troubles.

Trente-huit fleurs de Bach pour trente-huit troubles émotionnels

Partant du principe que l’homme est un être d’émotions, ces élixirs floraux sont utilisés pour soulager des émotions excessives et envahissantes, sources d’inconfort tant physique que psychologique. Les fleurs de Bach sont réparties en sept grandes catégories, regroupant les grandes familles d’émotions, à savoir la peur, l’incertitude, le désespoir, l’hypersensibilité, la solitude, les difficultés à s’intéresser au présent et l’attention excessive à autrui. Parmi ces trente-huit fleurs, on peut citer notamment le hêtre, le tremble, la clématite, l’orme, ou encore l’olivier, la verveine ou le noyer.

Quelles fleurs pour quels maux

Recommandée pour apaiser les angoisses et l’anxiété, le tremble améliore la confiance en soi et cultive un sentiment de sécurité. Le chèvrefeuille agit sur les personnes nostalgiques tournées dans le passé, et les aide à mieux vivre dans le présent. L’impatience calme quant à elles les personnes facilement irritables, et la bruyère favorise l’écoute d’autrui et l’altruisme. Quant à la gentiane, elle augmente la confiance en soi et la persévérance, alors que le houx adoucit les personnes colériques et envieuses, pour développer des qualités de générosité et de tolérance. L’olivier dynamise et apporte de l’énergie, et le pommier sauvage permet de s’accepter et de rendre son image de soi positive.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les vertus et les bienfaits des graines de sésame

Le sésame en quelques mots


Plante oléagineuse cultivée principalement en Afrique de l’Est et en Asie depuis plus de cinq mille ans, le sésame – sesamum indicum – est réputé pour la richesse et les nombreuses propriétés de ses graines. Symbolisant l’immortalité en Inde, la graine de sésame est composée à cinquante pour cent d’huile. Plante millénaire en Inde, en Chine et en Turquie, le sésame est aujourd’hui principalement produit en Birmanie, au Soudan, en Chine et en Inde. Outre ses vertus et ses bienfaits sur l’organisme, le sésame est un aliment apprécié pour son goût subtil et délicat de noisette.

Ses propriétés

La richesse nutritionnelle du sésame en fait une plante particulièrement appréciée à travers le monde. Riche en fibres, minéraux et oligoéléments, dont le magnésium, le zinc, le fer, le calcium, le manganèse ou le phosphore, le sésame est également estimé pour ses propriétés anti-oxydantes et laxatives. Source de vitamine B9 – acide folique – , le sésame contribue à la formation des cellules. Il est à ce titre recommandé d’en consommer au cours d’une grossesse, en particulier pendant le premier trimestre, voire même avant la conception.

L’utilisation du sésame

Même s’il est surtout connu et consommé, dans la culture occidentale, sous forme de graines, le sésame est un aliment qui peut être utilisé sous diverses formes. On peut ainsi l’employer en graines entières, en condiment (le gomasio, mélange de graines de sésame broyées et de sel de mer), en purée (le tahin ou tahini, servant de base à la réalisation du houmos ou du caviar d’aubergine), en graines germées ou encore en huile. Utilisée en cuisine, notamment pour l’assaisonnement, l’huile de sésame est aussi largement exploitée dans la fabrication des médicaments ou des cosmétiques, où l’on tire profit de ses vertus nourrissantes, adoucissantes et protectrices pour la peau.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les vertus antioxydantes du thé blanc

Le thé blanc en quelques mots

Issu de la région du Fujian, en Chine, le thé blanc provient, de la même plante que tous les thés : Camelllia Sinensis. Réputé pour son goût fin, doux et délicat, le thé blanc possède une saveur particulière et est l’un des plus chers du monde, mais aussi l’un des plus appréciés par les amateurs. Outre ses qualités gustatives, le thé blanc est également connu pour ses nombreuses vertus, lesquelles dépasseraient celles du thé vert, qui occupait jusque là une place d’honneur en raison de ses bienfaits.

Particularités

Le thé blanc a la particularité de subir très peu de manipulations et de transformations, ce qui lui permet de conserver davantage de polyphenols, ou encore de flavanols qui sont des antioxydants puissants. Récolté à l’aube, et uniquement au début de printemps, le thé blanc est composé des premiers bourgeons fermés de la plante. Une fois l’humidité évacuée, il est ensuite séché naturellement, à l’air libre. Ses procédés de récolte et de transformation, rigoureux, minutieux et totalement manuels, semblent donc expliquer en partie les richesses de ce thé raffiné.

Bienfaits et vertus

Alors que l’on savait le thé en général, et le thé vert en particulier, bon pour la santé et riche en antioxydants, des études récentes ont montré que le thé blanc possède des vertus encore plus importantes. Ce thé a en effet une teneur en antioxydants, molécules agissant sur la prévention de certaines maladies, dont les maladies cardio-vasculaires, et contre les radicaux libres, supérieure à celle du thé vert. De plus, le thé blanc est également concentré en vitamines C et E. Moins caféiné que les autres thés, ce thé d’exception est ainsi particulièrement recommandé pour tous ses bienfaits sur la santé  (cholestérol, cellules protégées des agressions quotidiennes…).

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La ballote : un sédatif naturel pour traiter l’anxiété

Plante particulièrement répandue en France et en Europe, la ballote est utilisée pour ses nombreuses vertus depuis l’Antiquité. Diverses recherches ont d’ailleurs été réalisées à son sujet, dans le but d’étudier les possibilités thérapeutiques qu’elle présente.

Présentation

Plante commune d’environ 0,80 mètres fleurissant du printemps à l’automne, la ballote se trouve un peu partout dans la nature : dans les haies, au bord des routes, ou encore au pied des murs. Après avoir été cueillies en été, ses fleurs, de couleur rouge violacé, sont utilisées et appréciées pour ses nombreuses vertus. Composée de saponosides, phytostérols, sels minéraux, tanin et lactone, la ballote est également réputée pour son odeur particulièrement désagréable.

Ses bienfaits sur la santé

Considérée comme une des plantes les plus sédatives, la ballote offre de nombreux bienfaits, et est particulièrement recommandée chez les personnes nerveuses ou angoissées pour ses propriétés calmantes, anxiolytiques et anti-dépressives. Elle est à ce titre reconnue pour sa capacité à favoriser l’endormissement des personnes anxieuses. Les femmes en période de ménopause l’apprécieront aussi pour son action apaisante sur les troubles nerveux ressentis. La ballote possède également une action anti-spasmodique efficace pour lutter contre les accès de toux, ainsi que pour faciliter la digestion. Sans aucune toxicité, elle peut être prodiguée aux enfants en toute sécurité.

Son utilisation

C’est dans les feuilles de la ballote que l’on trouve toutes ces propriétés. Elles sont ainsi généralement utilisées en infusion, à raison de cinq grammes des extrémités fleuries laissées environ dix minutes dans l’eau bouillante. Une fois filtrée, il convient de boire cette tisane matin, midi et soir après les repas. Même si son odeur forte et son goût amer ne la rendent pas très sympathique au premier abord, les bienfaits procurés par cette tisane méritent toutefois de tenter l’expérience. Il est également possible de consommer la ballote sous forme de poudre, en gélules.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’aubépine pour traiter les insuffisances cardiaques

Vous avez dit « Aubépine » ?

L’aubépine est une espèce d’arbre / arbuste dotée de longues épines, qui pousse dans les milieux tempérés – essentiellement dans l’Hémisphère Nord. Ses rameaux fleurissent au printemps et ses fruits se cueillent à l’arrivée de l’automne. Même si ses propriétés thérapeutiques sont utilisées depuis la Grèce antique et dans la Médecine traditionnelle Chinoise, cette plante n’a connu son essor qu’au début du XXe siècle, mais est très appréciée, aujourd’hui, en Europe où elle intervient dans plus de 200 préparations médicinale.

Les indications et préparations

Autrement appelée « épine blanche » ou « cenellier » (dérivé du nom de ses fruits, les cenelles), l’aubépine est essentiellement utilisée pour les insuffisances cardiaque congestive. Ses propriétés sont reconnues depuis une vingtaine d’année, par les résultats de quatre études, menées entre 1996 et 2004 sur plus de 5 500 participants. La préparation requise se traduit par un extrait normalisé, qu’il faut prendre au moins 6 semaines, pour recueillir les premiers effets. Souvent un traitement de 6 mois est nécessaire pour bénéficier de la pleine efficacité de l’extrait.

L’aubépine est également préconisée pour soutenir les fonctions cardiovasculaires. Reconnue par l’ESCOP (European Scientific Cooperative on Phytotherapy) et l’OMS (Organisation mondiale de la Santé), elle se prépare, alors, sous la forme de teinture ou d’extrait fluide ou d’infusion (20 minutes pour 1 à 1,5g de feuilles ou fleurs séchées dans 250 ml d’eau chaude, 3 à 4 fois par jour).

L’aubépine est également utilisée pour réduire l’anxiété et l’insomnie. Malheureusement, il est difficile d’en connaître les propriétés exactes, puisque l’aubépine est alors associée à d’autres plantes qui agissent, ensemble, sur les affections.

Mise en garde importante

Attention, cependant, même s’il s’agit d’un produit naturel, son usage nécessite l’intervention d’un professionnel de santé, étant donné la gravité des risques encourus dans le cadre des troubles cardiaques.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’ortie booste les défenses immunitaires

Plante populaire et particulièrement répandue dans la nature, l’ortie a longtemps fait l’objet de scepticisme quant à ses vertus, avant de regagner ses lettres de noblesse. Outre les bords de route et les jardins, on en trouve aujourd’hui dans les pharmacies, para-pharmacies et rayons santé des commerces.

Sa composition

Qu’il s’agisse de l’Urtica dioica – ortie commune, également appelée grande ortie -, de l’Urtica urens – petite ortie, ou ortie brûlante -, ou encore de la Lamium album – ortie blanche -, toutes les parties de l’ortie peuvent être utilisées. Toutefois, si les racines, tiges et fleurs sont utilisées pour leurs propriétés, les feuilles offrent davantage de résultats, notamment pour leur action tonifiante. Riche en chlorophylle, en vitamines, minéraux et en oligoéléments, l’ortie est un véritable concentré de bien-être.

Ses bienfaits sur la santé

Outre ses vertus dynamisantes, énergisantes et anti-fatigue, l’ortie permet aussi de renforcer les défenses immunitaires. Elle est également recommandée dans le traitement des problèmes digestifs, de l’arthrite, de l’eczéma, ou encore des affections prostatiques, de l’asthme, de l’acné, des infections urinaires…On conseille cependant aux femmes enceintes de ne pas en consommer, sous quelque forme que ce soit, ainsi qu’aux personnes souffrant de problèmes rénaux ou cardiaques.

Comment utiliser l’ortie ?

En infusion ou en gélules, sèche ou fraîche, l’ortie peut être consommée de diverses façons. Elle est également parfaitement adaptée à la cuisine, et fait de délicieuses soupes, tartes, purées ou encore omelettes et salades. Une infusion d’ortie peut s’avérer particulièrement bénéfique en cas de fatigue. Il convient alors d’ajouter une ou deux poignées de feuilles d’ortie fraîches à un litre d’eau chaude. A raison de trois ou quatre tasses quotidiennes pendant deux semaines, la fatigue qui s’était installée devrait n’être plus qu’un mauvais souvenir.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La grenade : riche en antioxydants et en vitamines

Issu de la famille des lythracées et fruit du grenadier – Punica granatum -, la grenade est appréciée pour ses nombreuses vertus, qui en font un allié santé particulièrement efficace. Loin du sirop de grenadine altérant la soif, la grenade est très riche en eau, et était à ce titre, autrefois, recherchée des voyageurs.

Un fruit chargé de symboles

La grenade a généré de nombreux symboles, au fil du temps et des civilisations. Les Hébreux la considéraient ainsi comme symbole de la Terre promise, quand les chrétiens l’associaient à la perfection divine. Pour les musulmans, la grenade représentait un antidote précieux pour lutter contre l’envie et la haine. Dans les croyances d’autres peuples, ce fruit originaire d’Iran a une action pour favoriser la fécondité. On trouve aussi, dans certains mythes, une référence au fruit défendu à l’origine du péché originel pour parler de la grenade.

La grenade : un fruit riche en vitamines

Exceptionnellement riche en vitamines – notamment C et B6 – , la grenade possède également des vertus antioxydantes importantes, dues aux grains rouges qu’elle renferme – les arilles – . Il est d’ailleurs admis que ces propriétés antioxydantes sont nettement supérieures à celles du thé vert. De plus, la grenade doit sa couleur rouge à la présence de deux pigments – ellagitanins et anthocyanies – dont les effets sur la santé sont très intéressants.

Les bienfaits de la grenade pour la santé

Ces deux pigments jouent en effet un rôle majeur contre le vieillissement des cellules, et permettent ainsi de lutter contre certains cancers. En outre, certaines études montrent qu’une consommation régulière de grenade aurait un effet contre les maladies cardio-vasculaires, ainsi qu’un effet neuro-protecteur. On peut aussi préciser que la consommation de grenade sous forme de jus possède des vertus antoxydantes plus élevées que celles du fruit en lui-même.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Le goji : une source de nutriments et de vitamines

Le goji est une plante (lycium barbarum), de la famille des solanacées (tomates, aubergines, pommes de terre), dont la consommation est particulièrement répandue en Chine et dans l’Himalaya. L’utilisation de ses baies et feuilles est source de nombreux bienfaits sur la santé.

L’utilisation du gogi

Cultivé sur des sols secs et alcalins, en milieux tempérés et ensoleillés, le gogi est consommé sous diverses formes, en utilisant à la fois ses feuilles et ses baies. Ces dernières peuvent être ingérées fraîches, séchées ou encore réhydratées, sous forme de poudre, de gélule, d’extraits secs, mais aussi de comprimés ou en jus. Quant aux feuilles, il est possible de profiter de leurs bienfaits en les infusant.

Les baies de gojis, riches en nutriments

Extrêmement nutritives, les baies de gojis sont composées d’une importante quantité d’acides aminés (dix-neuf), dont l’arginine ou la leucine. On trouve également des macro-éléments aux propriétés intéressantes, tels le magnésium ou le potassium. Sans compter les vingt-et-uns oligo-éléments, dont le zinc, le fer ainsi que le sélénium, la présence de vitamine C, B, E et d’acides gras essentiels (omage 6 et omega 3). Enfin, les baies de gogis comptent également dans leur composition des caroténoïdes, lesquels sont notamment réputés pour leur fonction protectrice de la vision, du cerveau, de la peau mais aussi du système circulatoire, ainsi que des polysaccharides et divers autres micro-nutriments.

Les bienfaits sur la santé

Outre son indication pour améliorer les troubles de la vision et son action sur la peau, la baie de gogi est utilisée en médecine traditionnelle chinoise et tibétaine pour ses vertus sur le foie, le système cardio-vasculaire et la vitalité. De façon générale, ce fruit est renommé pour améliorer les défenses naturelles et la santé, ainsi que pour préserver la longévité. Ses feuilles sont également appréciées pour leurs propriétés concernant les irritations de la gorge et les toux spasmodiques.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La gelée royale renforce les défenses immunitaires

Présentation

Produit naturel légendaire pour les bienfaits qu’il procure, la gelée royale, ou « lait d’abeille »  représente la nourriture des larves de la ruche, depuis leur éclosion jusqu’à leur troisième jour d’existence. Elle constitue également la nourriture exclusive de la reine, laquelle est amenée à vivre quarante fois plus longtemps que ses compatriotes ouvrières. La gelée royale fait l’objet de nombreuses utilisations dans la médecine traditionnelle chinoise, notamment pour traiter l’arthrite, le diabète, ou encore l’hypertension artérielle et la fatigue. La Chine est d’ailleurs le premier producteur mondial de gelée royale.

La composition de la gelée royale

Composée à 66 % d’eau, à 14,5 % de glucides et 4,5 % de lipides, la gelée royale prend l’aspect d’un miel gélatineux et laiteux, au goût acide et très peu sucré. Extrêmement riche en vitamines, en particulier celles du groupe B, la gelée royale constitue le produit naturel le plus riche en vitamine B5. Ce produit contient également nombre d’acides aminés et d’acides gras essentiels. Sans compter la présence d’acétilcholyne – propices à un fonctionnement optimal des cellules nerveuses -, et de principes anti-bactériens.

Ses bienfaits pour l’homme

L’ensemble de ces substances offre à la gelée royale une action particulièrement bénéfique sur la santé. Elle joue ainsi un rôle important dans le renforcement des défenses naturelles, et permet de réduire la fatigue et le stress. Son action vitalisante et dynamisante est particulièrement appréciée chez les personnes convalescentes, les personnes âgées ou encore les enfants. Elle est toutefois adaptée pour tous types de public, à l’exception des personnes allergiques au miel, aux piqûres d’abeilles, au pollen ou à certaines plantes – marguerite, pissenlit…-. De façon générale, la gelée royale est une source abondante d’énergie et de nutriments, et peut être consommée en cure à chaque changement de saison, sous forme de produit frais ou lyophilisé.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.