L’ennui, bénéfique aux petits comme aux grands

Les vertus de l’ennui pour l’éveil des plus petits

Il semble pourtant mal les vivre mais les moments d’inactivité de votre enfant lui sont indispensables. Seul face à un manque, il doit trouver – en autonomie – une solution contribuant ainsi activement à son éveil et au développement de son psychisme. Pour cela, il fait appel à ses ressources personnelles et développe son esprit créatif en apprenant à tenir compte de tout un tas de choses qu’il ignorerait s’il était occupé : le bruit des oiseaux, la beauté d’un paysage, la douceur d’une musique, etc. En d’autres termes, un enfant qui s’ennuie stimule son indépendance de pensée et son esprit d’initiative.

La slow-life, une philosophie qui invite à la réflexion et à la méditation

Satisfaits d’une vie bien remplie, les adultes ont, quant à eux, tendance à fuir l’oisiveté comme la peste et à la considérer comme totalement improductive. Pourtant, s’il est indispensable à l’équilibre de l’enfant, l’ennui est aussi bénéfique pour les plus grands. C’est de ce constat de base qu’émerge aujourd’hui le concept de slow-life, une philosophie invitant à simplement prendre son temps. Car ce qui s’assimile pour certains à une futilité peut, contre toute attente, relever d’un réel plaisir : méditer, pratiquer la respiration consciente ou encore le yoga permettrait d’éviter de devenir hyperactif par simple peur du vide et de mieux s’épanouir au quotidien.

Prendre son temps au quotidien

Dans son aspect pratique, la slow-life s’adapte à toutes les circonstances de la vie courante. Par exemple, ses adeptes préconisent une organisation plus aérée des diverses activités de la maison, en prévoyant régulièrement des week-ends à la campagne ou des soirées entre amis, histoire de se changer les idées. Par ailleurs, cette ligne de conduite s’applique également, au bureau en se fixant des objectifs raisonnables et en privilégiant le travail en groupe. Enfin, et dans la même veine, les initiateurs de la slow-food (cette fois !) prônent les effets positifs de la cuisine faite-maison : car, prendre le temps d’élaborer ses propres plats permet à la fois de stimuler son imagination et de manger plus sainement !

De la slow-food à la slow-life, il n’y a qu’un pas, bénéfique aux petits comme aux grands. Alors, faites entrer l’ennui dans votre vie !

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les trucs anti-trac

Bien que passager, le trac peut s’avérer particulièrement handicapant et déstabilisant chez certaines personnes. Ressenti avant de prendre la parole en public ou de passer un examen, il est important d’apprendre à le maîtriser afin d’en tirer des bénéfices.

Contrôler le stress

En effet, la peur ou l’angoisse qui envahissent un individu à un moment donné libèrent l’hormone d’adrénaline. Celle-ci génère alors, lorsqu’elle est utilisée à bon escient, un effet stimulant qui permet à l’individu concerné d’être performant et efficace. C’est pour cette raison que le stress, plutôt que d’être éviter, doit être contrôlé.

Voici quelques trucs et astuces destinés à l’appréhender et à l’apprivoiser.

Respirer

Avant tout, il est essentiel de bien respirer. Le fait d’inspirer profondément et d’expirer le plus lentement possible permet de ralentir le rythme cardiaque, et ainsi de se détendre et se vider l’esprit avant le moment fatidique. Ces quelques exercices de respiration sont à la portée de tous et peuvent avoir de réels effets positifs.

Visualiser

Il est aussi intéressant d’anticiper la situation, en essayant d’imaginer la scène dans ses moindres détails, les personnes qui seront présentes, la disposition de la salle et du public. Ces exercices d’anticipation présentent l’intérêt de se concentrer et de s’armer pour affronter la situation. On arrive ainsi sûr de soi et en confiance.

La préparation joue également un rôle important pour maîtriser son trac. Ne pas être prêt peut en effet générer une anxiété supplémentaire qui risque de paralyser l’individu. Alors qu’au contraire, avoir suffisamment révisé un texte et s’être préparé des fiches avant une prise de parole aide à créer un climat de confiance et de relative sérénité.

Pendant, il peut être utile de regarder l’assistance, afin de prendre confiance en soi en s’apercevant de l’intérêt porté à notre discours et souvent, de la bienveillance du public.

Relativiser

Dans tous les cas, il convient de relativiser. Quel que soit l’examen ou la situation, il n’y a rien de dramatique et d’irrémédiable.

Dernier truc. Après une telle situation, un sentiment de fierté et de confiance en soi nous submerge. Ajouté à l’estime qu’on perçoit dans le regard des autres, il serait dommage de ne pas  profiter des bienfaits du trac !

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Le stress

Phénomène normal et naturel, le stress correspond à l’adaptation d’un individu à une situation particulière. La peur ou l’angoisse qu’il génère libère l’hormone d’adrénaline, laquelle crée une énergie, potentiellement très positive. Cependant, si le stress se révèle être un moteur pour certaines personnes, il peut être, aussi, un véritable problème pour d’autres.

Symptômes du stress chronique

L’état de stress se manifeste généralement de façon ponctuelle et intermittente. Dans le monde du travail, il peut ainsi apparaître en réaction à une situation d’urgence, ou à l’occasion d’un dossier complexe à traiter. C’est lorsqu’il qu’il s’installe de façon chronique et sans interruption, qu’il représente vraiment un danger et nécessite une prise en charge.

La personne sujette à un stress chronique est, en effet, en permanence fatiguée, irritable et ressent des difficultés à se concentrer au quotidien. Elle devient alors moins efficace, et peut être amenée à développer un nouveau stress, causé, celui-ci, par le manque de performance. Un cercle vicieux s’instaure, qui entraîne des troubles psychologiques, voire des problèmes cardio-vasculaires, comme l’hypertension. Un stress mal maîtrisé est donc, souvent, à l’origine de nombreux troubles susceptibles de provoquer, le cas échéant, un état dépressif.

La gestion du stress

C’est pourquoi, la gestion du stress représente, aujourd’hui, une problématique majeure dans notre société. De nombreuses techniques ont été mises au point pour lutter contre ce phénomène. Mais, avant d’entreprendre des démarches thérapeutiques, il peut être utile de suivre quelques conseils simples, pour mieux l’appréhender. C’est en l’acceptant et en identifiant ses causes, que l’on peut agir sur lui et diminuer ses effets. Ce constat établi, il convient de réaliser un travail sur soi. Apprendre à se faire confiance, à bien connaître ses qualités, ses potentialités, mais aussi, ses limites. Savoir prendre du recul et relativiser les événements constituent des comportements de base pour lutter efficacement contre le stress.

Enfin, l’hygiène de vie est aussi un facteur essentiel à prendre en compte. Un mode de vie équilibré et des centres d’intérêt variés, permettent, notamment, de développer la capacité à prendre du recul. Une alimentation saine, une consommation modérée d’excitants (caféine et alcool), associées à la pratique d’une activité physique régulière, sont également d’excellents moyens pour évacuer les tensions. Et, par voie de conséquence, pour réduire l’état de stress.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Le yoga nidra pour les enfants

Le yoga nidra pour les enfants en quelques mots

Appartenant à la tradition du yoga Satyananda, la pratique du yoga nidra se révèle particulièrement adaptée aux enfants. En effet, outre une détente profonde, elle leur permet de prendre conscience de leur corps et de leurs capacités physiques, mentales et psychiques. Le yoga nidra apparaît comme une parenthèse dans le quotidien souvent trépidant et très animé des enfants, et leur offre l’occasion d’effectuer un voyage intérieur riche et très bénéfique à leur épanouissement.

Déroulement d’une séance

Au cours d’une séance, les enfants, allongés, demeurent actifs et sont invités à observer ce qui se passe en eux, afin d’avoir une conscience intérieure de leur corps physique. Cette étape vise à relâcher le corps, et évacuer les tensions accumulées. On peut ensuite proposer aux enfants de se concentrer sur différentes sensations ou impressions, tel le chaud ou le froid, la légèreté ou la lourdeur. Des exercices de visualisation d’images ou d’histoires font également partie de cette pratique. A noter l’importance de la respiration tout au long d’une séance de yoga nidra, où l’enfant est amené à percevoir son souffle à différents endroits, comme le ventre ou le nez.

Les bienfaits

Véritable pause détente pour les enfants généralement actifs et dynamiques, le yoga nidra leur permet de se relâcher, et leur offre un bien-être physique et mental. La pratique du yoga nidra stimule également l’imaginaire des enfants, en renforçant notamment leurs capacités de visualisation. De plus, en leur faisant découvrir l’harmonie intérieure dont ils sont capables, le yoga nidra les aide à gérer leurs émotions au quotidien, mais aussi à explorer et développer leurs aptitudes créatives. De façon générale, la pratique du yoga nidra pour les enfants s’avère efficace pour une détente et une prise de conscience de leur être et de leur potentiel.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La respiration holotropique

La respiration holotropique en quelques mots

A l’origine de cette méthode de développement personnel, également utilisée comme outil thérapeutique, un psychiatre américain d’origine tchèque : le Dr Stan Grof. Après avoir étudié différentes traditions chamaniques dans diverses cultures, ce thérapeute a réalisé l’importance jouée par la respiration sur les  états de conscience modifiés. Conjuguant musique et respiration, le Dr Grof a ainsi mis au point une technique de respiration (du grec « holos », « le tout » et « trepein », « aller vers »), destinée à libérer les émotions enfouies au plus profond de chacun.

Le déroulement d’une séance

La méthode de respiration holotropique se déroule généralement sur deux jours : chaque séance pouvant durer entre une et quatre heures, selon les participants. Ces derniers sont divisés en deux groupes, celui des « respirants » et celui des « accompagnateurs » : chacun jouant à tour de rôle l’un et l’autre. Après un temps de relaxation sur une musique douce, les participants sont invités à respirer profondément au rythme de la musique qui s’accélère. Cette étape, dite de l’hyperventilation, est l’essence même de la respiration holotropique, et permet d’atteindre un état modifié de la conscience, et ainsi de débuter son voyage intérieur.

Les vertus de la respiration holotropique

Particulièrement recommandée pour les personnes en souffrance affective, qui se sentent abandonnées ou exclues, ou plus généralement les personnes qui se sentent mal dans leur peau, cette méthode permet de remonter jusqu’à la source du problème. La respiration holotropique offre en effet la possibilité de vivre des expériences aussi diverses que sa naissance ou le retour à une vie antérieure sous quelque forme que ce soit. La richesse de ces expériences permet alors de se confronter à certaines émotions cachées, et ainsi de réintégrer la réalité mieux armé et plus serein. A noter toutefois que cette technique est interdite aux femmes enceintes et aux personnes souffrant de problèmes cardiaques, et que sa pratique requiert un certificat médical.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La méditation Kundalini

Généralités sur la méditation

Loin de l’agitation et du bruit qui nous envahissent quotidiennement, l’art de méditer est une invitation à voyager en son for intérieur. A puiser en soi les ressources pour combattre les agressions extérieures, et les affronter le plus sereinement possible. Mais méditer ne s’improvise pas. Même si cette pratique est à la portée de tous, il faut en premier lieu accepter de faire le vide, de prendre le temps et de lui faire face, en silence. Loin de s’apparenter à une pratique mystique, empreinte de religion ou d’ascèse, la méditation consiste simplement à entrer dans une phase de pleine de conscience de soi et du moment présent.

 

Zoom sur la méditation Kundalini

Recommandée en particulier dans le but d’évacuer la fatigue accumulée au cours d’une journée de travail, la méditation Kundalini se pratique sur une durée d’une heure, le plus souvent en début de soirée ou en fin d’après-midi, et se compose de quatre étapes chacune de quinze minutes. La première, en musique, consiste à mettre son corps et son énergie en mouvement, de façon à trembler jusqu’à devenir soi-même un tremblement. Une fois détendu, le méditant est invité à danser en libérant son corps au maximum puis, toujours en musique, les yeux fermés, à prendre conscience et observer ce qui se passe en son for intérieur. Enfin, après avoir éteint la musique, il convient de se coucher, les yeux toujours fermés, et de rester dans cette position silencieux.

Les bienfaits de la méditation Kundalini

La méditation Kundalini, par ses quatre étapes successives bien distinctes, permet au méditant de prendre conscience de son corps en l’agitant librement, avant de se concentrer sur son intérieur, et d’observer les résultats et les réactions induites. Cet état méditatif offre ainsi la possibilité d’occulter et de se débarrasser de toutes les fatigues de la journée, et de se détendre parfaitement avant le repos du soir, et son sommeil réparateur.

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les vertus du chant

 

Sous la douche, en voiture ou dans une chorale, chanter est source de multiples bienfaits. Entre musculation, détente, confiance en soi et bien-être, les raisons de chanter ne manquent pas.

Chanter, un sport complet

Si les cordes vocales sont les muscles principaux sollicités par le chant, de nombreux autres le sont également : des muscles faciaux au muscles du dos, en passant par le ventre, les épaules, ou encore les cuisses et les jambes. Chanter nécessite en effet d’adopter une posture adéquate, qui sollicite le corps dans sa quasi intégralité. Les professeurs de chant enseignent à ce titre à ouvrir le dos, pour extérioriser les sons de façon optimale. Mais ils insistent aussi sur la position idéale pour chanter, en étant notamment bien stable sur ses jambes. Car si le son sort par la bouche, il chemine à travers le corps, et ne doit par conséquent pas être entravé.

Le chant et le souffle

La pratique du chant est également liée au souffle. Chanter régulièrement permet en effet de développer la  respiration, comme c’est le cas dans la pratique du yoga ou de la sophrologie. En apprenant à maîtriser son souffle, le chanteur s’offre un bien-être profond et général. Sans oublier que le travail sur la respiration réalisé en chantant permet d’oxygéner l’ensemble de l’organisme. Effet direct de cette détente, les angoisses et les inquiétudes se dissipent, la concentration est améliorée, un équilibre général apparaît, et la confiance en soi est renforcée.

Chanter libère les émotions

Partant du principe que le chant est un moyen d’expression, il est alors aisé de comprendre l’impact qu’il peut avoir sur les personnes au niveau émotionnel. La pratique du chant permet en effet d’exprimer et d’évacuer les émotions contenues, parfois cachées, sources de tensions et de stress. D’où le sentiment de bien-être ressenti après avoir chanté. De plus, le diaphragme étant particulièrement sollicité, il arrive souvent que ce sentiment soit suivi d’éclats de rire, eux-aussi libérateurs. 

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Le yoga Kripalu 

Le yoga Kripalu en quelques mots

Créé dans les années cinquante par le Yogi Swami Kripalvanandji, le yoga Kripalu est une discipline du Hatha Yoga, destinée à apporter à ses pratiquants un bien-être complet, à la fois physique et émotionnel. De « kripalu », signifiant « compassion », cette pratique vise à conduire ceux qui la pratiquent vers une acceptation totale de soi, afin d’améliorer son estime et sa confiance personnelle, mais aussi les échanges et la communication avec autrui. Par son autre nom, le « yoga du coeur », le yoga Kripalu est une invitation à l’amour, de soi et des autres.

La pratique du yoga Kripalu

Une séance de yoga Kripalu passe par trois étapes principales, alternant récitation de mantras, postures, respiration et méditation. Les pratiquants commencent d’abord par un mantra et une prise de postures (asanas). Lors de ces postures, chacun doit veiller à contrôler sa respiration, afin d’être en harmonie parfaite. Suit une prise de conscience, qui invite à faire abstraction des pensées parasites qui traversent l’esprit. Pour cela, cette prise de conscience de soi passe par une concentration maximale. Enfin, la séance de yoga Kripalu se termine par une réalisation des postures en mouvement, de façon intuitive.

Les bienfaits du yoga Kripalu

Parfaitement adapté aux personnes désireuses d’évacuer stress, anxiété et angoisse, cette discipline de yoga apporte une paix intérieure, et offre un moment de profonde relaxation. De plus, la succession et la diversité des exercices permet de se dynamiser et ainsi de chasser la fatigue. Entre sérénité intérieure, souplesse physique et confiance en soi, le yoga Kripalu procure un bien-être total à ses pratiquants. Basé sur la compassion et l’amour, il représente ainsi un chemin vers une façon de penser, et  d’appréhender la vie et les autres différemment.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’éloge de la sieste de Bruno Comby

Quelques mots sur le livre

« L’éloge de la sieste » est, comme l’indique son titre, un plaidoyer pour la sieste. Rappelant l’importance de cette pratique, ce livre souligne l’ensemble des bénéfices apportés à l’organisme. Du latin « sixta », la sixième heure du jour, la sieste est en effet source de nombreux bienfaits, et contribue au bien-être de façon générale. En permettant d’évacuer le stress, les tensions et la fatigue, en revitalisant et en re-dynamisant l’organisme, la sieste permet, en peu de temps, de retrouver la forme et de conserver une bonne santé sur le long terme. Le livre poursuit à ce titre un objectif d’information et de sensibilisation à l’art de la sieste, indispensable pour rester performant et efficace, que ce soit au niveau professionnel ou à titre personnel.

Quelques mots sur l’auteur

L’auteur du livre, Bruno Comby, est polytechnicien et a fait de la lutte contre le stress et de la médecine préventive ses chevaux de bataille. Auteur de huit livres ayant rencontré un succès mondial, dont « Libérez-vous du tabac ! », Bruno Comby dirige également l’institut Bruno Comby, créé en 1993 à l’initiative du Dr Christian Caussé. Réunissant médecins et scientifiques, cet institut vise à développer la prévention médicale, à l’image de la prévention du tabagisme, sur laquelle a travaillé Bruno Comby. Mais aussi sur d’autres thématiques, tels les bienfaits et l’importance de la sieste.

En bref

Au travail ou chez soi, dans le train ou dans le bus, il est possible de profiter de ce moment de détente qu’est la sieste dans n’importe quel endroit. L’essentiel est de fermer les yeux et de s’installer confortablement. De quelques minutes (sieste flash) à une heure ou plus, le temps idéal pour profiter efficacement d’une sieste dépend de chacun, de ses besoins mais aussi de ses possibilités. Si le temps moyen est estimé à vingt ou trente minutes, le simple fait de se reposer en milieu de journée permet de relâcher les tensions, et de faire le plein d’énergie pour tenir jusqu’au soir.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les chakras

Les chakras en quelques mots

Signifiant littéralement « roue » dans la langue sacrée indienne – le sanscrit – les chakras correspondent aux centres énergétiques de l’être humain. Les principaux chakras sont au nombre de sept, et sont associés à une partie précise de notre corps. Destiné à faire circuler de façon optimale l’énergie vitale, le travail sur les chakras consiste à débloquer les tensions concentrées dans ces centres d’énergie, chacun de nos chakras étant relié et communiquant avec les autres. Ainsi, une modification ou un changement apporté à l’un d’entre eux a une répercussion, positive ou négative, sur l’ensemble de nos chakras.

Le fonctionnement des chakras

Les chakras ont pour rôle de canaliser l’énergie en suivant un axe central, représenté par une ligne allant du bas de la colonne vertébrale au sommet du crâne. Chacun, par un travail assidu et régulier, ainsi qu’une expérience à la fois physique et spirituelle, peut parvenir à maîtriser l’harmonie de ses chakras, et ainsi tendre vers un bien-être profond. Pour cela, il est essentiel d’apprendre à « ouvrir » ses chakras, dans le but de favoriser la circulation énergétique dans l’ensemble du corps.

Les sept chakras principaux

Bien que présents en nombre sur le corps humain, seuls sept chakras ont un rôle capital. Le premier chakra, dit le chakra racine, est situé au niveau du coccyx. Il a pour fonction de nous ancrer à la terre et de nous relier à son énergie, pour apporter force, bien-être et sécurité. Le deuxième chakra est situé au niveau des organes sexuels, et stimule la créativité et la sensitivité. Le troisième chakra correspond au plexus solaire, et au centre des énergies. Au niveau du sternum, le chakra du cœur représente l’amour. Le chakra de la gorge concerne la communication. Quant au chakra du troisième œil, il règne sur le cerveau. Enfin, le septième chakra est celui de la couronne. Situé au sommet de la tête, il développe la conscience cosmique et est en lien direct avec le divin.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La méditation dynamique

La méditation dynamique en quelques mots

Destinée à apporter un dynamisme et à redonner une énergie nouvelle, la méditation dynamique se pratique généralement dès le matin, dans le but de commencer une journée dans les meilleures conditions. Cette pratique méditative, contrairement à une méditation relaxante, libère l’énergie , ainsi que les diverses tensions et émotions renfermées, pour un bien-être général. L’objectif de la méditation dynamique est d’être en perpétuelle vigilance, et pleinement conscient de sa présence. A l’image d’un témoin observant une situation d’un regard extérieur, pratiquer la méditation dynamique implique d’être témoin de soi-même, et d’observer ce qui se passe.

Sa pratique

Outre des vêtements confortables, il est conseillé, lors d’une séance de méditation dynamique, de conserver les yeux fermés, de ne pas avoir mangé auparavant, et de faire abstraction de son environnement. Parfaitement réalisable seul, les effets de la méditation dynamique sont décuplés lorsqu’elle est pratiquée en groupe, à condition de vivre cette expérience individuellement, et ainsi se concentrer sur soi et sur ses réactions. Bref, de rester témoin et de demeurer dans un état d’alerte permanente. Basée sur l’enchaînement de cinq phases successives, la méditation dynamique repose sur la respiration, laquelle doit être particulièrement rapide et profonde.

Les cinq phases de la méditation dynamique

La première des cinq phases consiste à respirer de façon anarchique, sans rythme et sans automatisme, mais intensément et profondément. La seconde phase laisse quant à elle la place à l’explosion et l’expression des tensions et des émotions, par le rire, les pleurs, les cris… , le tout en bougeant continuellement, et en empêchant au mental d’agir sur la situation. La troisième étape consiste à sauter   les bras levés, en criant le mantra « hou hou hou », afin d’accroître la conscience corporelle. Cette étape donne suite à un arrêt total et immédiat, pour finalement profiter de l’énergie ainsi obtenue sans plus bouger (phase 4), après l’avoir célébrée dignement, par des danses et mouvements libres (phase 5). L’ensemble durant environ une heure.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Les bienfaits du massage du ventre et de la respiration abdominale

Le ventre : un deuxième cerveau

Considéré comme notre deuxième cerveau, le ventre tient un rôle particulièrement important dans notre santé et notre bien-être général, et mérite à  ce titre toute notre attention. Véritable réceptacle de nos émotions quotidiennes, le ventre exprime ces troubles par différents symptômes, que l’on qualifie de façon globale par les « maux de ventre ». Tensions, angoisses, stress, émotions négatives… affectent notre équilibre et se répercutent de diverses manières sur notre ventre : crampes, ventre dur, ou encore  ballonnements sont autant de signes qui doivent nous alerter et nous pousser à agir.

 

Les bienfaits du massage du ventre

En massant notre ventre, nous l’aidons à se détendre, à apaiser les tensions et à dénouer les nœuds. Le massage du ventre permet en effet d’agir sur le système gastrique, tout en en renforçant les muscles abdominaux. Les problèmes de digestion sont améliorés et les toxines évacuées. Sans compter que la circulation de l’énergie à travers le corps est rétablie. De plus, en relâchant et décontractant le ventre, nous le libérons des tensions et des émotions accumulées. En bref, en détendant notre ventre, nous agissons directement sur notre bien-être général.

 

Les bienfaits de la respiration abdominale

Bien qu’elle soit la façon la plus naturelle de respirer – les bébés respirent naturellement par le ventre – la respiration abdominale est souvent occultée au profit d’une respiration partielle, qui ne permet pas au corps de se ré-oxygéner de façon optimale. En effet, la respiration abdominale, outre d’agir sur les muscles abdominaux, offre l’occasion aux poumons de se charger en oxygène et de rejeter le gaz carbonique inspiré.   Sans oublier que cette technique de respiration constitue un outil anti-stress efficace. D’où l’importance de respirer profondément par le ventre, en ouvrant au maximum sa cage thoracique.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La technique de relaxation Jacobson

En quelques mots



Également appelée technique de relaxation progressive, la technique de relaxation Jacobson a été mise au point en 1928 par le docteur américain Edmund Jacobson. Elle repose sur la relation entre les émotions et les tensions musculaires, et consiste à apporter une détente mentale grâce à une maîtrise de ces tensions. En effet, partant du constat que les émotions génèrent des tensions au niveau des muscles, le docteur Jacobson propose une méthode dont le but est, d’une part, d’apprendre à reconnaître des muscles tendus, et d’autre part, à maîtriser son énergie pour tendre vers un meilleur contrôle de soi.

Le principe de la méthode de relaxation Jacobson

Une séance de relaxation par la méthode Jacobson se déroule en trois étapes. Dans un premier temps, la personne pratiquant la relaxation est invitée à s’allonger et à exercer des tensions sur chaque muscle de son corps, puis à les relâcher. Ceci afin de prendre conscience de la différence entre un muscle tendu et un muscle relâché. Le pratiquant est ensuite amené, par une « relaxation différentielle », à se concentrer sur les muscles qui peuvent rester détendus pendant que d’autres sont sollicités au cours d’une action, dans le but de mieux gérer son énergie. Enfin la troisième étape consiste à étudier la relation entre les tensions musculaires et les émotions, pour pouvoir agir et ainsi se détendre totalement.

Les bienfaits

En apprenant à reconnaître un muscle tendu, et en ayant conscience du lien existant entre une tension musculaire et une émotion, chacun peut agir sur cette tension, et ainsi se relâcher pour atteindre un état de détente optimal. C’est en effet en connaissant son schéma corporel et en sachant l’énergie dont on a besoin pour telle action ou tel mouvement que l’on est en mesure de préserver ses muscles de tensions inutiles et épuisantes, tant au niveau physique que mental.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Le pranayama

Le pranayama en quelques mots

Issu des mots sanscrits « prana » (énergie) et « yama » (vitalité), le pranayama est une méthode de respiration profonde destinée à apporter bien-être et équilibre, tant physique que mental. Considérée comme l’une des techniques essentielles du hatha yoga, cette méthode repose sur la gestion du souffle et de la respiration. Sa pratique régulière permet de faire circuler l’énergie vitale dans l’organisme, tout en régénérant le corps et en équilibrant l’aspect émotionnel et mental de l’individu.

L’importance de la respiration profonde et consciente

Fondamentale pour un bien-être général et une énergie positive, la respiration est trop souvent ignorée ou mal exploitée. En allongeant la respiration, le nerf pneumogastrique, également appelé nerf vague, est stimulé, et libère de multiples bénéfices pour le corps et le mental. En effet, le rythme cardiaque s’apaise, le pouls ralentit, l’oxygénation des cellules est favorisée, ce qui génère une production d’énergie. Ainsi, la respiration, lorsqu’elle est maîtrisée, efface la fatigue et le stress, au profit d’une vitalité et d’un dynamisme retrouvé. Sans compter que le cerveau, grand consommateur d’oxygène, est mieux irrigué et par conséquent, les facultés mentales sont accrues.

Zoom sur la respiration alternée

Reposant sur la méthode du pranayama et de la respiration consciente, la respiration par le nez, ou respiration alternée, consiste à respirer profondément en utilisant les fonctions essentielles du nez. Confortablement installé, il convient d’inspirer par la narine droite en fermant la gauche, puis d’expirer par la narine gauche, après avoir fermé la droite. Cet exercice offre l’avantage de stimuler les membranes nerveuses situées à l’intérieur de chaque narine, et jouant un rôle majeur au niveau énergétique. Il suffit de réaliser cette méthode de respiration par le nez quelques minutes quotidiennement pour profiter des effets bénéfiques pour le corps et le mental.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Méditer jour après jour de Christophe André

Quelques mots sur le livre

« Méditer jour après jour » est un support initiatique à la méditation. A travers 25 leçons et des tableaux d’illustres peintres comme Rembrandt, Monet, Magritte ou Chardin, Christophe André souhaite inviter ses lecteurs, à vivre avec les yeux et l’esprit dans le moment présent. L’essentiel de la méditation est abordé : de la respiration aux gestions de la souffrance ou des émotions, en passant par la prise de conscience de son corps et du moment présent.

A cheval entre le guide pratique et le recueil poétique, la nouvelle œuvre du psychiatre s’attarde sur la prise de conscience de l’instant, la traversée des tempêtes, l’éveil vers de plus grands voyages, l’envol et l’attrait de la conscience universelle. Le livre est accompagné d’un CD de méditation, dicté et réalisé par l’auteur, pour pratiquer de petites méditations de 5 à 15 minutes. Pour Christophe André, les textes sont là pour comprendre, les peintures pour ressentir et le CD pour pratiquer : de cette manière, tout est à la disposition du lecteur pour expérimenter.

L’auteur

Christophe André est un montpelliérain, intéressé par la psychologie et la pédagogie dès son plus jeune âge. Inspiré par Freud, il devient psychiatre, et publie de nombreux ouvrages dans ce domaine. Exerçant à l’hôpital Sainte-Anne, dans une unité s’intéressant aux troubles émotionnels, anxieux et dépressifs, et enseignant à l’Université de Paris 10, il trouve le temps de parcourir les musées et les œuvres picturales, pour chercher des éléments de réponses à ses questions. Auteur à succès, que ce soit en France ou à l’étranger, il est déjà à l’origine de plusieurs livres  adressés au grand public : « L’Estime de soi », « La psychologie de la peur » ou encore « Vivre heureux ».

L’avis des lecteurs

Le livre est « un régal pour les yeux », « les tableaux incitent à la méditation, le texte est poétique et concret à la fois, le CD est parfait ». « Parmi les livres concernant la méditation, celui-ci est sans conteste l’un des meilleurs. Simple, progressif, clair et cette idée géniale de s’appuyer sur des peintures pour véhiculer les leçons en fait une réussite ».

 

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.