Le stress

Phénomène normal et naturel, le stress correspond à l’adaptation d’un individu à une situation particulière. La peur ou l’angoisse qu’il génère libère l’hormone d’adrénaline, laquelle crée une énergie, potentiellement très positive. Cependant, si le stress se révèle être un moteur pour certaines personnes, il peut être, aussi, un véritable problème pour d’autres.

Symptômes du stress chronique

L’état de stress se manifeste généralement de façon ponctuelle et intermittente. Dans le monde du travail, il peut ainsi apparaître en réaction à une situation d’urgence, ou à l’occasion d’un dossier complexe à traiter. C’est lorsqu’il qu’il s’installe de façon chronique et sans interruption, qu’il représente vraiment un danger et nécessite une prise en charge.

La personne sujette à un stress chronique est, en effet, en permanence fatiguée, irritable et ressent des difficultés à se concentrer au quotidien. Elle devient alors moins efficace, et peut être amenée à développer un nouveau stress, causé, celui-ci, par le manque de performance. Un cercle vicieux s’instaure, qui entraîne des troubles psychologiques, voire des problèmes cardio-vasculaires, comme l’hypertension. Un stress mal maîtrisé est donc, souvent, à l’origine de nombreux troubles susceptibles de provoquer, le cas échéant, un état dépressif.

La gestion du stress

C’est pourquoi, la gestion du stress représente, aujourd’hui, une problématique majeure dans notre société. De nombreuses techniques ont été mises au point pour lutter contre ce phénomène. Mais, avant d’entreprendre des démarches thérapeutiques, il peut être utile de suivre quelques conseils simples, pour mieux l’appréhender. C’est en l’acceptant et en identifiant ses causes, que l’on peut agir sur lui et diminuer ses effets. Ce constat établi, il convient de réaliser un travail sur soi. Apprendre à se faire confiance, à bien connaître ses qualités, ses potentialités, mais aussi, ses limites. Savoir prendre du recul et relativiser les événements constituent des comportements de base pour lutter efficacement contre le stress.

Enfin, l’hygiène de vie est aussi un facteur essentiel à prendre en compte. Un mode de vie équilibré et des centres d’intérêt variés, permettent, notamment, de développer la capacité à prendre du recul. Une alimentation saine, une consommation modérée d’excitants (caféine et alcool), associées à la pratique d’une activité physique régulière, sont également d’excellents moyens pour évacuer les tensions. Et, par voie de conséquence, pour réduire l’état de stress.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Emplois de proximité et services à la personne

 

 

Internet nous donne accès à un monde toujours plus globalisé, il est désormais courant de trouver un produit moins cher que chez son libraire/disquaire ou dans sa grande surface de quartier et de se le faire livrer, éventuellement depuis l’autre bout du monde, en seulement quelques clics. Pourtant, il est un domaine où la transaction est locale par nature : il s’agit de celui des services et emplois de proximité.

On regroupe sous ce terme un grand nombre d’activité très diverses comme les services à la personne : à la famille (garde d’enfant, soutien scolaire, cours particuliers, assistance informatique et administrative), aux personnes dépendantes (aux personnes âgées ou handicapées, soins esthétiques, promenade d’animaux de compagnie). S’y trouvent également les services de la vie quotidienne : les travaux ménagers, de jardinage, de bricolage ; la livraison de repas ou de courses à domicile. Cette forme d’emploi est en fort développement et présente de nombreux avantages, de nature fiscale par exemple.

Or internet est d’une grande aide dans ce domaine également. Que vous soyez à la recherche d’une prestation ou que vous la proposiez, cet outil, désormais accessible à tous, devient petit à petit le moyen privilégié de mise en relation entre les acteurs de la transaction. Par exemple, avec Jemepropose, vous pouvez déposer/consulter des annonces géolocalisées, c’est-à-dire filtrées par proximité ! De plus le site modère systématiquement les annonces pour éviter les arnaques et offre un service de messagerie pour préserver ses coordonnées personnelles. Le site est ouvert à tous, particuliers et sociétés, auto-entrepreneurs et commerçants. Après inscription, le dépôt d’annonce et la prise de contact se font de manière simplissime en renseignant la ville, la catégorie de service (parmi plus de 200 !) et en laissant une description accompagnée d’un prix. Il est possible de joindre une photo à l’annonce pour la rendre plus explicite et donc plus attractive. La création des premières annonce et les mises en relation sont gratuites.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La spasmophilie

Qu’est-ce que la spasmophilie ?

Widgets Amazon.fr

État d’hyperexcitabilité des muscles et des cellules nerveuses, la spasmophilie toucherait environ 10 millions de personnes en France, où elle est désormais considérée comme une maladie. Alors qu’elle est généralement assimilée à un symptôme dans d’autres pays, aux États-Unis en particulier. Divers symptômes sont associés à la venue d’une crise de spasmophilie, qui peut ainsi se manifester par une grande fatigue, des troubles du sommeil, des palpitations, une sensation d’oppression, des brûlures d’estomac mais aussi des maux de tête, des contractures ou encore, la peur de sortir. La spasmophilie se révèle particulièrement handicapante pour les personnes souffrant de ce trouble, et doit par conséquent, faire l’objet d’une prise en charge, et d’un suivi médical, si cela persiste.

Surveiller son alimentation : l’importance du magnésium

Néanmoins, il existe des solutions pour en atténuer les effets, et ainsi réduire la fréquence des crises. La majorité des symptômes observés chez les spasmophiles, sont liés à des carences en magnésium. Ainsi, le simple fait de rééquilibrer son alimentation en renforçant l’apport en produits riches en magnésium, peut avoir des effets bénéfiques. Fruits secs, amandes, noisettes, épinards ou bananes font partie de ces produits, mais sont souvent bannis, ou du moins écartés de notre alimentation quotidienne. Si ces modifications ne suffisent pas, le médecin généraliste peut alors prescrire des suppléments en magnésium. Ajouté au fait que les modes de vie actuels (stress, surmenage…) augmentent nos besoins quotidiens, il semble primordial d’attacher une attention particulière à notre alimentation.

Hormis ces carences, récurrentes chez les personnes spasmophiles, d’autres circonstances sont considérées comme favorisantes, à l’image de la fatigue liée aux cadences de travail trop fortes, ou encore à des états émotionnels lourds à porter (deuils, séparations, problèmes divers…).

L’effet de la relaxation et des plantes

Dans tous les cas, il est essentiel d’apprendre à se relaxer. C’est en effet, en évacuant le stress, en prenant du recul et en développant ses capacités de concentration que l’on peut agir sur cette hyperexcitabilité. Enfin, il peut également être intéressant de recourir aux plantes et à leurs propriétés. Parmi celles ayant un effet tangible sur les troubles liés au stress, on citera la ballotte ou la mélisse, qui agissent sur le sommeil, ainsi que le bigaradier qui tend à diminuer l’hyperexcitabilité.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La gymnastique faciale

L’exercice physique, recommandé par tous les professionnels de la santé, ne doit pas se limiter au corps : la gymnastique faciale contribue, elle aussi, à une meilleure vascularisation et à un bon tonus de ses muscles.

La gymnastique faciale pourquoi faire ?

A la fois simple et naturelle, cette pratique présente de nombreux avantages, que toutes les femmes apprécieront : une bonne circulation du sang pour avoir un meilleur teint, une limitation de l’affaissement des tissus, notamment au niveau des paupières et du cou, la diminution des rides (au moins leur retardement)  et des poches sous les yeux. Pour obtenir tous les bienfaits de la gymnastique faciale, il suffit de s’adonner à quelques exercices simples. A l’image des courbatures issues de tout exercice corporel, il est possible, dans un premier temps, de ressentir un petit échauffement localisé : c’est la preuve de l’efficacité du travail réalisé.

Les exercices de tension-relâchement

La méthode suggérée, ici, consiste à répéter une dizaine de fois des exercices de tension – relâchement. Le visage étant composé d’une cinquantaine de muscles, chaque exercice a donc une cible bien précise.
–    Renforcer l’ovale du visage : appuyez le menton sur le poing posé sur une table, ouvrez grand la bouche, puis relâchez. Un autre exercice consiste à presser fortement votre langue contre le palais.
–    Repulper les lèvres : poussez les lèvres serrées l’une contre l’autre, fortement vers l’avant, (mimer un bisou) et relâchez.
–    Dérider les pattes d’oie : l’idée est de faire se toucher vos cils supérieurs et vos sourcils, vous écarquillez ainsi les yeux grandement.
–    Atténuer le double menton : tirez la langue vers l’avant et le plus loin possible, la bouche grande ouverte.
–    Dynamiser les paupières : fermez les yeux bien serrés pendant cinq secondes, avant de les rouvrir lentement.
–    Revitaliser les joues : souriez très largement avec la bouche fermée.

Une gymnastique anti-âge

La gymnastique faciale peut être pratiquée dès 20 ans pour enrayer l’apparition des premières rides et pour profiter de leur élasticité. En réalité, il n’y a pas vraiment d’âge pour débuter les exercices : chaque période de la vie peut y trouver un intérêt. Après quelques mois – en moyenne deux – d’exercices quotidiens, les premiers résultats se mesurent par une réelle détente ; puis, par une tonification et un rajeunissement.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La gestion des émotions

Les émotions positives : la joie, le désir et l’amour

L’étendue des émotions est vaste, mais chacune possède une histoire propre à l’individu et qui mérite d’être écoutée. Schématiquement, les « émotions positives » sont dominées par trois expressions : la joie, le désir et l’amour. Mais en fonction de votre éducation et de votre vécu, il vous sera plus ou moins facile d’accueillir ces sentiments. La joie, par exemple, grand moment de plénitude et de bien être, peut être naturelle et spontanée chez une personne, et censurée, voire réprimée pour d’autres. Le désir – ou l’expression même de la vie pour Sigmund Freud – prend lui, trois formes (le désir, en tant que besoin physiologique, le désir sexuel et le désir intellectuel), qu’il convient de bien  identifier pour pouvoir les accueillir positivement, sans les juger. Enfin, l’amour est une émotion plus complexe, qui  fait naître une multitude de sentiments, relevant, soit de la dimension sexuelle, soit de la dimension humaine.

Les sentiments négatifs : la peur, la tristesse, la haine et la culpabilité

A ces émotions positives, on peut opposer les sentiments négatifs que sont principalement la peur, la tristesse, la haine et la culpabilité. Leur écoute est d’autant plus importante qu’elle contribue à se rapprocher de soi. Par exemple, la peur n’est jamais anodine, elle traduit un danger, qu’il soit issu de notre histoire collective ou personnelle.  La tristesse, si elle n’est pas exprimée, peut se transformer en mal être, terrain fertile pour l’agressivité et la colère.

Prendre du recul par rapport à ses émotions

La gestion de ses émotions passe, avant toute chose, par leur verbalisation, l’expression des perceptions et ressentis, pour installer une certaine distance avec elles. Ce recul est d’autant plus nécessaire qu’il facilite la prise de conscience et permet de s’imprégner pleinement de la situation – bonne ou mauvaise. Pour effectuer ce travail, le contexte est important : l’endroit doit être calme, empli de sérénité, et l’interlocuteur, disponible et à l’écoute. Le processus se poursuit par le mécanisme de « libre association » des mots, une description des images qui traversent l’esprit, des souvenirs, des ressentis, pour remonter, peu à peu, aux origines du sentiment étudié.

Les émotions sont vitales, des témoins de la vie, mais elles ne doivent pas, seules, dicter les comportements. La peur qui fait perdre ses moyens pendant un examen est un exemple de la mauvaise maîtrise de ses émotions. A l’image d’un animal sauvage, les émotions doivent être domptées et apprivoisées progressivement par une meilleure écoute de soi et une mise en perspective.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La Gestalt Thérapie

Une thérapie basée sur les émotions

La Gestalt Thérapie est une thérapie psychocorporelle qui tient à « donner une structure » (« Gestalten » en allemand) à la personne, autrement dit, une vision globale pour mieux se comprendre. Se reposant sur les émotions, elle se focalise sur les relations de l’individu avec son environnement pour l’aider à établir – ou rétablir – un bon contact.

Initiée par Friedrich Perls (Fritz), psychanalyste émigré aux Etats-Unis, la méthode consiste essentiellement, à exprimer son ressenti sur des situations. Publiée en 1951, il faudra attendre la parution dans le magazine Life, en 1968, d’un portrait de son auteur pour donner une impulsion décisive à la Gestalt Thérapie : un goût d’authenticité, à l’image de son créateur, qui suscitera l’envie, chez une génération avide de trouver de nouvelles valeurs.

Les concepts de base de la Gestalt Thérapie

L’idée phare de la méthode est de réussir à mettre de la perspective dans n’importe quelle situation : avec soi-même (sensation, respiration, posture, ressentis etc.), avec autrui (blocage, inhibition, ressource, etc.) et avec son environnement (introversion, curiosité, etc.). L’intérêt n’est pas de supprimer nos blocages mais de parvenir à les éviter, en apprenant à les utiliser au mieux, et de manière positive.

La thérapie fonctionne concrètement par étape : la première permet d’exprimer le problème, à l’aide de mots, et d’instaurer la confiance nécessaire, entre le patient et le thérapeute ; la seconde confronte l’individu à des situations, dans le but de lui faire prendre conscience des difficultés, et d’expérimenter des solutions ; et enfin, l’ultime étape est un temps consacré à l’assimilation, la découverte et la gestion des nouvelles émotions.

Thérapie de groupe

La Gestalt Thérapie est également pratiquée en groupe. Le procédé est simple : une personne partage une difficulté avec l’ensemble du groupe qui échange sur le sujet et travaille avec elle. De session en session, les personnes finissent par se connaître et même si, une seule personne intervient par séance, chacun y trouve un bénéfice personnel. C’est le concept « d’ajustement créateur », cher à Friedrich Perls !

Selon lui, la Gestalt Thérapie ne devrait pas être limitée aux personnes connaissant des troubles médicaux ou psychiatriques car il s’agit avant tout d’un art de vivre, une vraie philosophie de vie !

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’homme alpha

Qu’est-ce qu’un «homme Alpha » ?

L’homme dit « Alpha » est une personne qui domine un groupe, attirant les regards des hommes et des femmes sur son passage. Un chef, tel qu’il y en a eu, tout au long de notre Histoire : Martin Luther King, Che Guevara, etc. Ce leader charismatique séduit tout simplement : les femmes sont d’abord attirées par son charme, puis, elles sont subjuguées, ensuite, par sa confiance en soi. À différencier de l’arrogance qui n’est rien d’autre qu’une preuve de faiblesse. Sa prestance repose essentiellement sur le mystère qui l’entoure et la sécurité qu’il dégage.

Les caractéristiques de l’Alpha

Au fil des siècles, ses caractéristiques se sont dessinées plus précisément :

-          Proactif, l’homme Alpha compte son temps, car celui-ci est précieux ;

-          Il définit seul ses priorités et ses valeurs pour construire sa vie, autour de laquelle gravitent ou non ses amis ;

-          Il s’accepte tel qu’il est et ne cherche pas le cautionnement des autres ;

-          Empathique, l’homme Alpha arrive à comprendre les autres, sans pour autant dévoiler ses propres émotions ;

-          Ambitieux, il sait exactement ce qu’il veut ;

-          L’homme Alpha tire des leçons de ses échecs : il ne les regrette pas, mais s’en sert pour s’améliorer ;

-          Il se bonifie avec le temps, il creuse ses objectifs et s’engage de plus en plus ;

-          Il gère ses émotions, utilisant sa colère comme motivation et puisant dans son enthousiasme pour avancer, les pieds bien ancrés au sol ;

-          Il a le sens de l’humour, un atout séduction qui va souvent au-delà même du physique.

Schématiquement, l’Alpha s’oppose à la Victime. Tandis que cette dernière est faible, l’homme dominant est fort ; elle est passive, il est proactif ; elle ne s’affirme pas, il est assertif ; elle réagit, il contrôle ; elle ne lit pas, il se cultive personnellement ; elle « blablate », il choisit consciencieusement ses mots ; et enfin, elle ne s’intéresse pas à ses propres désirs, alors que l’homme alpha apparaît comme l’ « exemple à suivre ».

Tout Homme reste maître de sa vie : chacun peut décider d’être un Alpha ou une victime !

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

La Méthode Feldenkrais

La Méthode Feldenkrais : pour qui, pour quoi ?

La Méthode Feldenkrais est un concept assimilé à de l’auto-éducation sur les mouvements, dans le but de développer la mobilité du corps. Destinée au départ aux personnes souffrant de douleurs, elle séduit aujourd’hui également les sportifs, les danseurs, les musiciens, les comédiens ainsi que toutes les personnes soucieuses de mieux exploiter leur corps. Sa pratique permet en effet, d’améliorer la flexibilité, la mobilité, d’obtenir une meilleure perception sensorielle, de réduire la douleur et l’inconfort d’un souci neuromusculaire et d’augmenter l’efficacité des mouvements.

Les origines

Son créateur, le physicien ukrainien Moshe Feldenkrais, rencontre au début du XXème siècle le fondateur du Judo, Jigoro Kano, qui l’entraine dans le monde des arts martiaux. Rapidement ceinture noire, il participe à la création du Jiu-jitsu club de France, future fédération française de judo. Durant la seconde guerre mondiale, il rejoint les services secrets de la marine britannique où il finit par être blessé sérieusement au genou. Refusant la chirurgie, il développe une méthode pour se déplacer sans douleur, qu’il finit par enseigner et diffuser, par la formation de nouveaux praticiens. Initiée uniquement, au départ, en Israël et en Californie, il faudra attendre les années 80 pour qu’elle arrive sur le continent européen.

Déroulement d’une séance

Décédé en 1984 à tel-Aviv, Moshe Feldenkrais laisse derrière lui, une méthode qui s’apparente à de la gymnastique d’un point de vue extérieur, mais dont le but n’est pas de reproduire mécaniquement un mouvement, mais d’en appréhender chaque étape dans les différentes parties du corps et y clarifier ses orientations dans l’espace. L’application concrète peut être collective ou individuelle. Lors d’une séance à plusieurs, les exercices sont réalisés librement, sans efforts, dans le seul objectif de se faire plaisir et retrouver de la souplesse et des capacités. Dans une séance individuelle, le praticien est davantage présent : il guide, sans pour autant interférer, à travers de nouveaux mouvements et d’utilisation de son corps. L’intérêt dans les deux cas est d’inviter les élèves à prendre conscience si un comportement est synonyme d’inconfort ou au contraire, de confort.
Aujourd’hui, les praticiens préfèrent parler d’une méthode de « développement corps-esprit » plutôt que d’employer l’expression de « thérapie manuelle ».

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Le qi gong

Le qi gong (prononcer tchi koung), de « qi » (souffle, énergie) et « gong » (travail, maîtrise), signifie littéralement la maîtrise et le travail de l’énergie vitale. Il s’agit d’une gymnastique traditionnelle chinoise basée sur le travail de la respiration ainsi que sur la maîtrise de l’énergie vitale. Elle est, de plus, inspirée des principes de la médecine traditionnelle chinoise.

Histoire du qi gong

Apparu vers le Vème siècle en Chine, Bodhidharma développe la pratique du qi gong au monastère Shaolin dans le kung-fu shaolin. Le qi gong fut ensuite interdit sous la révolution culturelle au XXème siècle, avant de réapparaître par le biais de nombreuses et diverses écoles. La plus connue est alors le Falun Gong.

Une pratique accessible à tous

Le qi gong se pratique à tout âge et est accessible à tous les publics. Il ne nécessite pas de condition physique particulière mais requiert néanmoins de la patience et une pratique régulière pour pouvoir en tirer tous les avantages et les bénéfices possibles. Les chinois pratiquent quotidiennement ces exercices, été comme hiver, en particulier dans les parcs au petit matin mais également sur leurs lieux de travail.

Les bienfaits du qi gong

La pratique du gi gong, en associant mouvements lents, exercices respiratoires et concentration, constitue une très bonne préparation aux disciplines sportives, artistiques mais aussi éducatives. Il favorise en effet la conscience de son propre fonctionnement et permet de développer la concentration, la disponibilité et la créativité. Il favorise de plus, aussi bien chez l’adulte que chez l’enfant, la mémorisation, l’effort intellectuel et l’imagination. Mais au-delà de ce rôle préparatoire à diverses disciplines, le qi gong est avant tout une gymnastique et un travail respiratoire dont le but est de faire circuler l’énergie vitale dans l’ensemble du corps. Il est ainsi source de nombreux bienfaits et contribue notamment à entretenir la santé, par l’assouplissement et renforcement du corps, et à atteindre un équilibre général et un calme intérieur.
Il existe une multitude de méthodes différentes pour pratiquer le qi gong. On en compte plus d’une centaine en Chine. Elles ont cependant un dénominateur commun qui est la combinaison du travail du corps et de la maîtrise du qi.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

WikiLinks : Wikipédia sur votre iPhone/iPad

Si comme moi vous possédez un iPhone (ou un iPad) et que vous vous arrachez les cheveux à chaque fois que vous voulez consulter Wikipédia sur votre smartphone, alors cette appli GRATUITE est faite pour vous !
WikiLinks (développée par Boris Conforty, un jeune français installé à Genève) présente les résultats de votre recherche sous une forme originale : la fleur  :-)
L’article sur votre recherche est au centre de la fleur et chaque pétale dirige vers un sujet plus ou moins proche. Une fois votre premier article lu (ou téléchargé pour plus tard) vous pouvez découvrir plein de nouveaux thèmes ! Vous pouvez consulter des articles sur les lieux proches de vous via la géolocalisation ou laisser faire le hasard pour vous emmener très loin dans la découverte.

WikiLinks

WikiLinks vous offre un accès facilité à tout Wikipédia, dans toutes les langues, aux définitions de Wiktionnaire, aux vidéos YouTube et aux recherches Google.

La présentation de chaque article est adaptée aux écrans de l’iPhone et de l’iPad. Les photos sont somptueuses, affichées en résolution Retina et elles peuvent être affichées en plein écran et enregistrées sur votre tablette.

N’hésitez pas à télécharger WikiLinks pour Wikipédia gratuitement sur l’AppStore !

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Trucs et astuces pour avoir une mémoire au top

Alors qu’on associe généralement la qualité de la mémoire à l’âge d’une personne, c’est avant tout la fréquence et la façon dont on fait travailler cette fonction du cerveau qui importent. Une personne d’un certain âge peut en effet, posséder une très bonne mémoire, le tout étant de l’entretenir en la stimulant le plus souvent possible. Ceci représente néanmoins un travail quotidien. Il existe pour cela de nombreux exercices à réaliser, ainsi que divers « trucs et astuces » destinés à conserver une mémoire performante.

Exercer sa mémoire

Associer l’exercice au jeu ou à un aspect agréable, apporte une note de plaisir qui favorise  généralement l’assimilation, et ainsi le travail de la mémoire. Retenir des numéros de téléphone, apprendre des chansons, des poèmes ou des citations sont de bons moyens pour exercer sa mémoire au quotidien. De même, les jeux de société stratégiques tels le scrabble, les échecs ou encore les cartes, mais aussi les jeux de réflexion comme les mots croisés ou les mots fléchés sont des outils particulièrement adaptés à cet objectif.

Alimentation et mémoire

Autre élément essentiel à prendre en compte : l’alimentation. En adoptant des habitudes alimentaires équilibrées et variées, en veillant à consommer en quantité importante fruits et légumes, mais également poisson, viande rouge, œufs sans oublier féculents et produits laitiers, l’ensemble des besoins journaliers est couvert. Le corps et le cerveau disposent alors de l’énergie suffisante pour un fonctionnement optimal. L’hydratation est également primordiale et permet d’éviter les troubles associés à une déshydratation (maux de tête, manque de concentration, troubles et pertes de mémoire).

État général et mémoire

Enfin, la qualité de la mémoire repose aussi et en priorité, sur l’état général de la personne. Un individu fatigué, stressé ou déprimé aura sans aucun doute des difficultés à utiliser au mieux sa mémoire, laquelle lui fera alors défaut. De même, l’excès de consommation de boissons alcoolisées ou caféinées nuit à la concentration, et ainsi, à la mémorisation.

Avoir une mémoire au top est donc l’affaire de chacun. En réalisant régulièrement différents exercices, en faisant preuve d’organisation et en ayant une bonne hygiène de vie (notamment alimentaire), cette fonction essentielle du cerveau sera entretenue et conservera sa performance.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

35 repères pour mieux travailler de chez soi

« 35 repères pour mieux travailler de chez soi : les secrets pour gagner en efficacité professionnelle et s’épanouir ». Par Christie Vanbremeersch et Marie Bousquet chez Leduc.S éditions.

À qui s’adresse ce livre ?

Que vous soyez travailleur indépendant free-lance : consultants, graphistes, traducteurs, chercheur… auto-entrepreneurs, salarié en télétravail ou encore étudiant, vous trouverez certainement des idées à reprendre pour améliorer votre situation. Le livre se revendique une boîte à outil dans laquelle piocher en fonction de ses besoins immédiats et à laquelle se reporter en cas de besoin.

35 repères répartis en 5 chapitres

Les repères sont répartis dans les cinq grandes thématiques suivantes pour chacune desquelles sont donnés quelques exemples :

Le lieu

Où s’installer, délimiter son territoire, se procurer le matériel, ranger, changer de lieu, où rencontrer les clients.

Le temps

Comment commencer sa journée, savoir se concentrer (même, et surtout, chez soi !), prendre en compte son biorythme, se fixer des objectifs, s’auto-évaluer, s’accorder des vacances.

La sociabilité

Gérer des relations avec son entourage, trouver un work buddy, créer son réseau.

L’énergie

Comment éviter le burn out, ne pas négliger ses projets personnels, choisir un mentor et un coach, la sieste (mon chapitr favori !), le sport (mon chapitre évité !), solutions antistress.

Les clients

Communiquer sur son travail, choisir partenaires et clients, demander du feedback.

Les qualités de l’ouvrage

J’ai beaucoup apprécié le ton des deux auteurs. On comprend d’emblée qu’elles ont elles-même franchi le pas et que c’est leur propre expérience du travail chez soi qu’elles partagent avec nous. Les embûches décrites  sentent le vécu (« repère 13 : tu ne te précipiteras pas sur le frigo… » !) et les objectifs ne sont pas seulement axés performance et organisation mais aussi bien-être et épanouissement personnel, ce qui est à mon avis une des plus grande motivation pour se lancer dans ce projet. Moi-même, qui travaille depuis trois ans depuis chez moi, j’ai atteint ce stade ou je n’envisage plus un seul instant une autre formule (retourner dans un bureau, quelle horreur !)

Les paragraphes « ça marche pour moi » sont des retours d’expérience glanées auprès d’autres « home workers » et constituent une mine de bonnes idées qui vous éviterons de tâtonner avant de trouver ce qui vous convient vraiment.

Un autre bon point : les question « et vous ? » en fin de paragraphe. Ces questions très directes permettent de faire le bilan sur votre situation actuelle, en douceur mais en profondeur : « Et vous ? Comment aimez vous commencer votre journée de travail ? Et votre journée tout court ? »

Enfin, le ton est très agréable : le lecteur est tutoyé ce qui dédramatise un peu le thème qui pourrait être abordé de manière beaucoup plus grave ; il s’agit quand même de bouleverser ses habitudes de travail ! Mention spéciales pour es illustrations de Mai-Lan dont vous pouvez trouver le travail sur le blog les bobodessins

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

L’ennéagramme

Concepts de base de l’ennéagramme

L’ennéagramme est une méthode de développement personnel basée sur un schéma de fonctionnement de l’être humain. Du grec « ennea » (neuf) et « gramma » (figure), il repose sur l’idée que l’être humain possède trois formes d’intelligence : le centre instinctif, le centre émotionnel et le centre  mental. Représenté par un cercle composé de neuf points et d’un triangle équilatéral, l’ennéagramme vise à définir la personnalité de chacun. Il propose à ce titre un modèle comprenant neuf configurations possibles de la personnalité humaine.

L’ennéagramme est un outil de développement personnel

Partant du principe que chaque individu est orienté par l’une de ces neuf façons de définir sa personnalité et organise sa vie et son fonctionnement autour de ces paramètres, l’ennéagramme est un outil de développement personnel destiné à la connaissance de soi. En effet, c’est en prenant conscience de sa personnalité que chaque être peut apporter une explication et, le cas échéant, prévoir les événements de sa propre vie.

Les neuf types de personnalités

Les neuf types de personnalités dominantes proposés par l’ennéagramme sont les suivants : 

  • « perfectionniste, travailleur »,
  • « altruiste »,
  • « réalisation, réussite »,
  • « sensible, créateur »,
  • « observateur, penseur »,
  • « loyal »,
  • « curieux, optimiste »,
  • « meneur »,
  • « médiateur ».

Après avoir pris connaissance du trait dominant de sa personnalité, l’individu dispose des moyens et des clés pour s’épanouir davantage, tant au niveau personnel que professionnel. L’ennéagramme met en effet en avant les points forts et faiblesses de chacun en fonction de la ou des caractéristiques principales de sa personnalité. Fort de ce modèle de fonctionnement, quiconque peut ainsi améliorer ses faiblesses, tirer partie de ses forces ou encore anticiper ses réactions et ainsi améliorer ses potentialités.

De plus, l’ennéagramme représente un outil précieux pour comprendre les réactions de son entourage. Les problèmes de communication reposent généralement sur un manque de connaissance de ses voisins, collègues, amis et même de sa famille. En ayant conscience de leurs points forts et de leurs faiblesses, il devient alors plus aisé de comprendre leur mode fonctionnement ainsi que leurs motivations. Cette connaissance permet de tendre vers une meilleure compréhension et une communication optimisée.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Trucs et astuces pour avoir un bon sommeil

À savoir sur le sommeil

Le sommeil occupe une place essentielle dans notre vie. Nous y consacrons en effet un tiers de notre existence. Indispensable pour récupérer, aussi bien physiquement que mentalement, nous avons besoin de dormir pour être en forme. Néanmoins, les préoccupations quotidiennes peuvent conduire certaines personnes à un état d’anxiété et de stress qui les empêche d’avoir un bon sommeil. A noter également que les femmes sont deux fois plus concernées par les troubles du sommeil.

Trucs et astuces pour (re)trouver un bon sommeil

Voici quelques trucs et astuces à suivre pour (re)trouver un bon sommeil.

  • Avant toute chose, il est important d’établir des horaires de coucher et de lever réguliers, afin de créer une horloge biologique à laquelle s’habituera le corps.
  • Même s’il n’est pas toujours aisé de trouver un créneau pour pratiquer une activité physique en journée, il est recommandé de se dépenser physiquement. Ne serait-ce qu’en marchant au lieu de prendre le bus ou la voiture, ou en montant les marches plutôt que de prendre l’ascenseur.
  • Évitez de consommer des boissons à base de caféine après 16 heures.
  • Pour le dîner, il est conseillé de prendre un repas léger, d’éviter l’alcool après avoir mangé et d’attendre deux heures avant de se coucher.
  • Vous pouvez ensuite vous détendre, en prenant par exemple un bain tiède ou en écoutant de la musique. Le tout étant de créer des conditions favorables à la détente.
  • Lorsque vous avez sommeil, allez vous coucher sans attendre. Il serait dommage de rater le cycle qui se présente.
  • La chambre à coucher et l’environnement jouent également un rôle majeur dans la qualité du sommeil. Outre la température de la pièce qui ne doit pas être trop élevée (pas plus de 18 °), veillez à aérer régulièrement la chambre. N’oubliez pas aussi d’accorder une attention particulière à votre literie.

Dans tous les cas, si vos troubles du sommeil persistent, il est recommandé de consulter un médecin.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Contre la fatigue oculaire

On entend par fatigue oculaire cet inconfort de l’œil et de la vue, source de picotements, maux de tête et autres troubles. Ces désagréments, associés au travail sur ordinateur ou sur écran,  concernent de très nombreuses personnes. Si cette fatigue est proportionnelle au temps passé devant l’écran, elle est également relative à la qualité de la vision de chacun.

Fatigue visuelle récurrente

Une personne souffrant d’un trouble visuel non corrigé, tel l’amétropie ou la presbytie, sera davantage sensible et susceptible de développer une fatigue visuelle récurrente. Ce type de fatigue est la forme la plus fréquemment rencontrée. Elle se manifeste par le sensation d’un manque de performance tant visuelle qu’intellectuelle, et par une diminution de l’acuité. Cette fatigue génère alors des dédoublements d’images ou des impressions de flou.

Les symptômes de la fatigue visuelle

La fatigue visuelle peut également se manifester par une sensation de picotements et d’irritations, ainsi qu’une sécheresse des yeux. Il s’agit dans ce cas d’une fatigue oculaire liée à l’insuffisance de sécrétion lacrymale. Cette insuffisance est particulière et propre au travail sur écran. En effet, alors que les yeux clignotent à raison de douze à vingt fois chaque minute pour permettre au liquide lacrymal de se reformer, ces clignements diminuent considérablement lors d’un travail prolongé sur écran. D’où un assèchement de l’œil, et l’apparition d’une fatigue oculaire.

Soulager la fatigue oculaire

Dans tous les cas, il est important de corriger ses habitudes de travail et, le cas échéant, ses troubles visuels. Porter des lunettes, des lentilles ou consulter un orthoptiste pourra améliorer sensiblement la vision.
Il est ensuite essentiel de procéder à quelques modifications au niveau de l’environnement et du rythme de travail. Il est notamment pertinent d’éviter les reflets et de faire en sorte de ne pas être ébloui par une source de lumière. Il est pour cela judicieux d’utiliser des sources de lumière indirectes, telles les halogènes, ou individuelles, telles les lampes de bureau. Enfin, il est primordial de s’octroyer régulièrement des pauses.
La fatigue oculaire est aujourd’hui un phénomène de société pris au sérieux et pour lequel la médecine du travail est particulièrement vigilante. N’hésitez pas à en parler, votre confort et votre efficacité en dépendent.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.