Augmentez votre intelligence facilement en comprenant votre cerveau

cerveau

Ne vous est-il jamais arrivé de connaitre la réponse à une question mais de ne pas réussir à trouver le mot exact ? Vous savez, le fameux « je l’ai sur le bout de la langue ». Je suis sûr que vous aussi vous avez connu ça de nombreuses fois. Vous êtes incapable de répondre à la question mais si quelqu’un d’autre répond vous pouvez dire instantanément si cette réponse est exacte ou non. Mais savez-vous à quoi est dû ce phénomène ? (comment ça vous avez la réponse sur le bout de la langue? :-) )

 

Il existe 2 types d’intelligence

Vous connaissez certainement la cognition. Ce n’est rien d’autre qu’un terme scientifique pour désigner les mécanismes par lesquels notre cerveau transforme une information en savoir. Vous lisez un article,  on vous pose une question à propos de cet article, vous fournissez une réponse : c’est un processus cognitif.

Mais avez-vous déjà entendu parler de la métacognition ? Ce mot peut sembler intimidant mais il désigne tout simplement «le savoir sur le savoir». Autrement dit, c’est votre capacité à avoir si vous savez ou non la réponse à une question.

Pour faire simple, la cognition c’est savoir tandis que la métacognition c’est savoir si vous savez ou non. Ces 2 types d’intelligence peuvent coexister mais ce n’est souvent pas le cas. Par exemple, lorsque vous avez l’impression d’avoir une réponse «sur le bout de la langue» mais que vous êtes incapable de la retrouver, c’est typiquement un cas où la métacognition existe sans cognition.

 

Comment cela affecte-t-il notre intelligence ?

Dans le système éducatif traditionnel, c’est généralement notre capacité cognitive qui est mesurée pour évaluer notre intelligence. La plupart des tests sont des questions – réponses : si vous vous rappelez de la définition exacte du cours, votre réponse est juste, sinon elle est fausse. C’est aussi simple que cela. Un tel système assimile donc forte capacité cognitive et intelligence.

Cependant, d’autres personnes, qui ont compris l’idée derrière une leçon mais sont incapables de mettre des mots dessus auront des mauvaises notes. Mais sont-elles réellement moins intelligentes ? Ne serait-il pas plus juste de dire qu’elles ont simplement un type d’intelligence différent qui n’est pas mesuré efficacement par notre système éducatif ? Après tout, dans la vie de tous les jours, ces personnes seront capables d’être aussi efficaces que les personnes à forte capacité cognitive : elles trouveront la réponse en quelques secondes en faisant une recherche Google par exemple.

 

L’importance de la métacognition dans notre intelligence

En réalité, une fois sorti des bancs de l’école la métacognition est souvent plus importante que la cognition. Julien Lepers a l’air sympa, mais la vraie vie n’a vraiment rien à voir avec un quizz télévisé. Lorsque vous devez prendre une décision, par exemple vous lancer dans un projet ou non, vous vous demandez simplement si vous connaissez ou non le domaine correspondant. Pas besoin de réciter immédiatement toutes vos connaissances. D’ailleurs, si elles ne vous reviennent pas, vous n’aurez qu’à faire un peu de recherche. Vous rencontrerez des concepts familiers et vous avancerez rapidement. C’est donc votre métacognition, et précisément le fait de «  savoir que vous savez » qui sera le plus important.

Mais justement, « vous savez que vous ne savez pas » ?  Pas de problème. En être conscient va vous permettre de mettre en place des solutions pour y remédier : contacter les bonnes personnes, suivre une formation, lire un livre… Comprendre les limites de votre savoir va vous permettre de faire preuve d’humilité et de mettre en œuvre un plan d’action afin de remédier à vos lacunes.

A l’inverse une personne ayant une grande capacité cognitive mais une faible capacité métacognitive est d’ordinaire reconnue comme extrêmement intelligente dès son plus jeune âge. Elle a toujours fait partie des meilleurs élèves à l’école et tout le monde lui a prédit un très grand succès dans la vie. Malheureusement, ces louanges combinées à ses faibles capacités métacognitives peuvent lui jouer des tours. Elle a l’impression de tout savoir et ne va pas suffisamment approfondir certains domaines. Son arrogance pourra l’amener à ignorer certaines informations importantes.

Pour prendre un exemple personnel, il y a quelques années, un ami m’a annoncé avoir découvert le marketing d’affiliation. Je me rappelle très bien lui avoir dit que « ça ne cassait pas 3 pattes à un canard » : je connaissais déjà l’idée, on recommande un produit sur internet et on touche une commission sur les ventes. Pas besoin d’approfondir le sujet outre mesure … Pour l’anecdote, mon ami, lui, a fait preuve d’humilité, a continué à étudier ce domaine, et en vit à l’heure actuelle.

Pour certaines personnes, avoir une capacité cognitive au dessus de la moyenne sans les capacités métacognitives qui vont avec, peut même s’avérer néfaste au niveau relationnel. Elles peuvent parfois se montrer arrogantes avec les personnes qu’elles pensent moins intelligentes qu’elle.

L’existence de ces 2 types d’intelligence explique pourquoi certaines personnes n’ayant jamais été particulièrement brillantes à l’école connaissent ensuite une très grande réussite professionnelle et personnelle.

 

Comment tirer profit de cette information pour  augmenter notre intelligence ?

Très clairement, l’idéal c’est évidemment d’avoir de fortes capacités cognitives et métacognitives. Mais, le problème c’est qu’il est extrêmement difficile d’améliorer nos capacités cognitives. Attention, je ne dis pas que c’est impossible et je pense que lire, exercer notre mémoire, et débattre avec des personnes ayant une opinion différente de la notre peuvent y contribuer. Mais il n’y a pas de recette instantanée pour cela.

En revanche, la bonne nouvelle c’est qu’il est beaucoup plus facile d’améliorer ses capacités métacognitives. En effet, elles correspondent avant tout au fait d’être conscient de ses limites et de faire preuve d’humilité. Il s’agit plus d’un «talent» que l’on peut acquérir en ayant l’état d’esprit adéquat que d‘une disposition innée. Travailler ses capacités métacognitives est donc la meilleure façon d’augmenter son intelligence.

Je pense que le plus important est de comprendre qu’il y a tellement de choses à savoir dans le monde que même la personne la plus brillante ne peut en comprendre qu’une infime partie. Il faut donc sans arrêt remettre en cause ce que nous pensons savoir et être réceptif à toute nouvelle information. Personne ne peut avoir toujours raison et c’est dans le débat et la contradiction que nos idées peuvent murir et s’épanouir.

Admettre son ignorance est l’une des choses les plus difficiles qui soient, surtout si l’on a été considéré comme intelligent depuis notre plus jeune âge. Mais c’est absolument nécessaire, et savoir le faire c’est justement faire preuve d’intelligence. Dès que j’ai accepté le fait que j’ai beaucoup à apprendre en marketing internet, les progrès ont commencé à se faire sentir. Et c’est vrai dans n’importe quel domaine. Refuser d’admettre son ignorance, c’est poser soi-même des obstacles sur son chemin au fur et à mesure que l’on essaie d’avancer. C’est dans l’humilité que réside la vraie sagesse.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

27 réflexions au sujet de « Augmentez votre intelligence facilement en comprenant votre cerveau »

  1. Ping : Tweets that mention Augmentez votre intelligence en comprenant votre cerveau | S'améliorer -- Topsy.com

  2. Ping : Guillaume sur Blogasty

  3. Salut Guillaume!

    Wow, des articles comme ça, j’en mange! hahaha

    Tu me fais réaliser que j’ai toujours fait preuve des 2 types d’intelligence (bonnes notes à l’école, humilité face à ses connaissances, désir de les pousser plus loin lorsque j’aperçois que je manque d’info, etc)

    Cependant, grâce à ton article, je suis maintenant conscient des 2 aspects et je connais leurs termes! Je pourrai donc encore plus pousser ma métacognition :)

    Petite parenthèse, il est bien vrai que notre système scolaire favorise seulement les « BONNES » réponses et puni les « erreurs ». C’est regrettable, car faire plein d’erreurs et une excellente façon d’apprendre car on s’améliore de fois en fois (à moins d’être complètement taré!)

    SALUT ET BONNE FIN DE SEMAINE :)
    .-= Voici le dernier article de CC : En 2010, on domine nos finances personnelles! Quoi faire? Passer à l’action à mon go… GO!!! =-.

  4. Merci Xyo, Rémi, Julien et CC pour votre commentaire.
    Je dois dire que je n’avais jamais entendu parler du livre L’homme aux deux cerveaux (ce sont des lectures sur le web anglophone qui m’ont inspiré l’idée de cet article). Il a l’air très intéressant ce livre en tout cas, il faut que je vois ça de plus près.
    CC, c’est vrai qu’il est très important de savoir reconnaître ses erreurs et en tirer les leçons. C’est l’dée de l’article. D’ailleurs il y a une citation de Niels Bohr(prix Nobel de physique) qui illustre bien cela : « Un expert est une personne qui a fait toutes les erreurs qui peuvent être faites dans un domaine très étroit »

  5. Dan Pink est quelqu’un de tout à fait passionnant! Il a également réalisé une petit bande-dessinée sur la gestion de carrière qui mérite le détour (Les Aventures de Johnny Bunko : le seul guide de carrière dont vous avez besoin).
    Sa présentation faite chez TED sur la motivation est également très intéressante: http://www.ted.com/talks/dan_pink_on_motivation.html
    .-= Voici le dernier article de Julien : Etat d’esprit durable =-.

  6. Ha ha j’attendais cet article! Merci Guillaume :-) c’est très intéressant! Ayant une formation en sciences de l’éducation, je connais le concept de métacognition, mais je dois dire que ta façon de l’expliquer et de le mettre en contexte est originale de ce que j’en savais déjà, bravo!

  7. Salut, merci Julien pour ces références. Les livres de Dan Pink me semblent en effet extrêmement intéressants. Je vais me procurer L’homme aux deux cerveaux, c’est un sujet fascinant je trouve. Et ce sera l’occasion d’en faire la revue sur ce blog.

    Mama Zen, merci pour ton commentaire et pour ton compliment. Je suis ravi que cet article ait pu t’apporter un éclairage différent par rapport à ce que tu savais déjà. :-)
    A bientôt

    • Bonsoir Léa,oui, je suis à Paris et si vous voulez m&r©;9Ã3cri#e pour m'en dire un peu plus, voici mon mail : athanorster arobase gmail.comà bientôt,Anne

  8. bonjour! ce post est très bien ecrit, et très compréhensible.

    je n’ai pas beaucoup de cognition alors :( mais je me ratrape en metacognition :) sans jamais vraiment réviser je m’en suis sortie avec des notes convenables pendant mes études ^^

    maintenant j’ai une question:
    -guillaume, que penses tu de L’intelligence émotionnelle de DANIEL GOLEMAN ?
    et y-a-il un rapport avec ma metacognition?
    voici le lien: http://www.amazon.fr/LIntelligence-%C3%A9motionnelle-Daniel-Goleman
    je suis tombé sur ton blog grace au lien que tu as mis sur fts ^^ bonne continuation tu fais du très bon taff ac ton blog !

  9. merci j’ai trouve les mots exactes cognition et metacognition. je me sentais toujours stupide et moins intelligent que mes collegues maintenant grace a ton article et comprend mieux mon etat cerveau .comme je suis tres moyenne en cognition je suis tres ravis que tu ma conseille de augmenter mon etat de metacognition en faisant des lectures et des recherches.

  10. slt je vs remercie beaucoooooouuuuuup vs m’avez idée plus que bien et oui ,juste une remarque vs semblez beaucoup à la methode d’explication de dale carneigie ,c’est de bien.merci pour tout surtout de donnez comme on dit le beurre de votre lecture c’est extraordinaire (pardonnais moi pour mon français j’espere que l’idée à arrivée)

  11. Je ne connaissais pas du tout la métacognition ! C’est très intéressant et en effet, cela reflète bien le manque de souplesse de notre système éducatif.

    Et comme dirait Socrate : « Tout ce que je sais, c’est que je ne sais rien. »

  12. bonjour cet article ma littéralement ouvert les yeux

    sauf que cela résoud mon problème quoi 1/4 car j ai quasiment un seul type d intelligence qui est très développer la métacognition est ma cognition n est pas tres evoluer est cela me pose un vrai probleme car je suis en 3 eme est dans environ 2 mois j ai le brevet a passer

    quand tu dis « Pour certaines personnes, avoir une capacité cognitive au dessus de la moyenne sans les capacités métacognitives qui vont avec, peut même s’avérer néfaste au niveau relationnel. Elles peuvent parfois se montrer arrogantes avec les personnes qu’elles pensent moins intelligentes qu’elle.  » j ai eu personne comme cela dans ma classe il est tres arogant enver tous le monde car soidisant ilk est plus intelligent que nous comment faire pour lui aire ravaller sont arogence merci

    ton article est super merci ^^

  13. Ca me rappelle une histoire.
    Un jour un érudit demanda à son serviteur de lui donner une leçon de morale. Le serviteur réfléchit quelques instants et lui dit :  » Tout ce que je sais tu le sais aussi, donc il y a une part dans ce que tu sais que je sais. Maintenant la différence qu’il y a entre toi et moi c’est tout ce que tu sais et que moi je ne connais pas, mais qu’est ce que c’est en regard de tout ce qu’il y a à savoir ?? »

  14. Bonjour,
    D’abord, merci bcp pour cet article qui confirme mes idées sur la question. Effectivement, il est clair qu’il n’existe pas qu’un seul type d’intelligence, principalement celui demandé dans notre système éducatif que, personnellement, je ne possède pas. Mais je pense, en revanche, avoir de bonnes intuitions et plutôt des capacités métacognitives et une intelligence émotionnelle…
    Mais je n’en éprouve pas moins un énorme complexe personnel. Je peux même aller jusqu’à me dire, de magnière bcp trop récurrente, que je me trouve complètement stupide. Je me retrouve bloquée lorsque je suis face à une situation tels que devoir parler en publique, m’exprimer, m’expliquer, prouver mes capacités intellectuelles, mes connaissances, ma culture général, etc.
    Car tout un temps, tout cela ne m’intéressait pas, je me disais « à quoi bon connaître les noms des personnages politiques, historiques, les dattes, ou même des contextes historiques importants, tout cela ne sont de toute façon, que des histoires passées, changées avec le temps, louangées, qui n’ont pas de réelles répercutions sur mon présent, ma vie personnelle », « je sais ceci, je connais cela et ensuite? en quoi cela m’aide-t-il concrètement dans mes décisions directs de la vie? ». Seulement, à force de désintéret, j’en manque d’intéret intellectuel, du coup, je manque de pratiques, surtout orales et malgré tout, j’éprouve d’orénavant d’énormes lacunes culturelles, de connaissances globales, de vocabulaire, de dialectique, qui jouent sur mes relations sociales et professionnelles. Ce qui me pousse, depuis qlq temps, à faire des recherches pour restreindre ces lacunes. Pourriez-vous m’aider, concrètement, que dois-je faire pour m’améliorer? Y a-t-il un moyen efficace et rapide? Des cites, livres, documentaires à recommander? -la langue française est riche et je suis pauvre de sa complexité-
    Merci d’avance.

  15. Intéressant, bien que je n’aime pas le fait de vouloir à tout prix expliquer la réussite professionnelle des gens par leur intelligence ou par une forme d’intelligence… La vie est faite de très nombreux paramètres, l’intelligence au sens le plus général qu’il soit n’en est qu’un parmi tant d’autre. Qui peut d’ailleurs avoir un impact positif comme négatif. Ce n’est pas parce que celui qui a manifesté des grandes capacités cognitives dans sa jeunesse n’a finalement pas spécialement brillé par la suite que nécessairement il lui manquait quelque chose… Ici les capacités métacognitives, ailleurs le quotient émotionnel etc…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>