Arrêter de fumer – Les risques du tabac

Contrairement aux idées reçues, ce n’est pas la quantité de cigarettes fumées qui importe, en matière de risques pour votre santé, mais la durée de consommation de tabac. Même si les effets nocifs sont désormais relayés par des photos explicites sur les paquets, les fumeurs restent peu conscients des risques encourus. Or, le travail « de sape » s’insinue sournoisement et méticuleusement sur la majorité des organes mois après mois, puis, années après années.

Les méfaits du tabac sur le corps

Le cancer

Même si la plupart des fumeurs connaît le risque de cancer du poumon (85 % relevant du tabagisme actif et 5 % du passif), peu d’entre eux associent le tabac au cancer de la vessie (dans 50 % des cas), ni au fait qu’un cancer sur trois est lié au tabagisme.

Les maladies cardiovasculaires

Qu’il s’agisse d’infarctus du myocarde, hypertension artérielle, accident vasculaire, thrombose ou encore impuissance, les risques concernant l’ensemble de ces maladies sont aggravées par la prise de tabac.

Les allergies

La cigarette accroît et déclenche des allergies : ce n’est pas le tabac qui les provoque, mais il les amplifie, parfois de manière très importante.

L’asthme et la bronchite chronique

Le goudron de la fumée de cigarette altère les cils des parois des voies respiratoires et explique pourquoi le tabagisme est la première cause de bronchite chronique et asthme. Pour ce dernier, il aggrave la fréquence, le rythme et son intensité.

Ses effets sur la peau

Le tabac fait apparaître des rides, créé un teint « cireux » (heureusement réversible), provoque une haleine désagréable, un jaunissement des dents et provoque une moins bonne cicatrisation.

Les infections ORL

En écho à la célèbre voix rocailleuse du « grand fumeur », le tabac engendre davantage d’angines, de rhinopharyngites, de laryngites et d’otites.

Les bienfaits de l’arrêt dans le temps

Même si arrêter  de fumer est une épreuve, les effets positifs se font rapidement sentir. Ainsi, après la dernière cigarette, on observe :

  • 20 minutes après : la pression sanguine et les pulsations du cœur sont redevenues normales.
  • 8 heures après : la moitié du monoxyde de carbone présent dans le sang a disparu, permettant un retour à la normale concernant l’oxygénation des cellules.
  • 24 heures après : le risque d’infarctus du myocarde est déjà en train de diminuer et les poumons commencent à éliminer le mucus et les résidus de fumée. Le corps ne contient plus de nicotine.
  • 48 heures après : le goût et l’odorat s’améliorent et les terminaisons nerveuses gustatives repoussent.
  • 72 heures après : la respiration est meilleure et les bronches se relâchent, donnant une impression d’énergie.
  • 2 semaines à 3 mois après : la toux et la fatigue baissent contribuant à récupérer le souffle et à marcher plus facilement.
  • 1 à 9 mois après : les cils bronchiques repoussent.
  • 1 an après : le risque d’infarctus du myocarde est diminué de moitié et celui concernant un accident vasculaire cérébral est, à nouveau, identique à celui d’un non-fumeur
  • 5 ans après : le risque de cancer du poumon, sans disparaître, est  largement éclipsé.
  • 10 à 15 ans après : l’espérance de vie redevient identique à celle des non-fumeurs.

 

Arrêter de fumer, une question de motivation et de volonté : lisez la suite de l’article en suivant ce lien.

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

Une réflexion au sujet de « Arrêter de fumer – Les risques du tabac »

  1. Ping : Arrêter de fumer – Motivation et volonté | S'améliorer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>