Aiguiser ses facultés

Vous avez certainement déjà eu l’occasion de lire ma revue des 7 habitudes de ceux qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent de Stephen Covey.

Pour ceux qui ne le connaitraient pas, Stephen Covey est un auteur devenu incontournable dans le domaine du développement personnel grâce à cet ouvrage qui a d’ailleurs été vendu à plus de 15 millions d’exemplaires dans le monde entier. C’est un spécialiste en management qui a même été conseiller de Bill Clinton

Dans Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent, Stephen Covey présente 7 principes qui, s’ils sont établis en tant qu’habitude et intégrés dans notre style de vie et dans nos modes de pensée, vont nous aider à réussir dans ce que nous entreprenons et améliorer notre efficacité.

La septième habitude – aiguisez vos facultés – a particulièrement retenu mon attention et c’est pourquoi j’ai choisi de revenir dessus dans cet article.

 

Qu’est-ce qu’aiguiser ses facultés ?

Imaginez que vous rencontriez, dans une forêt, quelqu’un en train de scier un arbre de manière fébrile :

_ « Que faites-vous ? »  demandez-vous

_ « Vous ne voyez pas ? Je suis en train de scier cet arbre » répond la personne avec impatience

_ « Vous avez l’air exténué, depuis combien de temps faites-vous ça ? » 

_ « Depuis plus de 5 heures, et je suis crevé! C’est énormément de travail »

_ « Et bien, pourquoi ne faites-vous pas une pause pour affuter votre scie. Je suis certain que ça irait beaucoup plus vite ensuite! »

_ « Vous n’y pensez pas, je n’ai pas le temps d’aiguiser la scie. Je suis bien trop occupé à scier ».

C’est par le biais de cette histoire que Stephen Covey illustre l’importance de toujours aiguiser ses capacités. Il s’agit de la 7éme et dernière des habitudes présentées dans ce livre. Pour cette habitude, vous êtes la scie et Aiguiser la scie c’est devenir meilleur, plus vif, plus affuté, plus efficace … Selon Covey, il s’agit d’une habitude qui englobe toutes les autres car elle permet de les accroitre et de les renouveler.

Comme le montre l’analogie avec le bucheron, se contenter de produire émousse de plus en plus nos facultés jusqu’à ce que notre productivité s’en trouve sérieusement affectée. C’est pourquoi, la solution est d’aiguiser périodiquement ses capacités afin de les entretenir.

Vu ainsi, aiguiser ses facultés semble être quelque chose de logique et de naturel. Et l’on pourrait se dire que Covey n’a pas inventé le fil à couper le beurre avec cette habitude. Pourtant, en pratique, beaucoup de personnes ont du mal à comprendre ce qu’aiguiser ses facultés signifie réellement. En effet, si l’on est surmené, que l’on a du mal à penser à autre chose qu’à son travail et que sa productivité commence à décliner, la solution généralement admise est de faire une pause et de prendre quelques vacances si possible. Pourtant, ce n’est pas aiguiser ses facultés – c’est simplement arrêter de les utiliser. Si celles-ci étaient émoussées, elles le seront encore lorsque nous chercherons à les utiliser de nouveau (de la même manière que la scie du bucheron sera toujours émoussée s’il se contente d’arrêter de couper quelques minutes avant de reprendre).

Cela ne veut bien entendu pas dire qu’il ne faille jamais prendre de repos.  De la même manière que le bucheron ne peut pas simplement alterner entre couper le bois et aiguiser sa scie, le repos nous est indispensable. Mais se reposer ne sera pas suffisant pour lui permettre d’avoir une efficacité maximum et de continuer à améliorer sa maitrise de la découpe du bois. Le bucheron pourrait devenir encore beaucoup plus efficace en affutant sa lame, en renforçant sa musculature, en apprenant de nouvelles techniques et en échangeant des astuces avec les autres bucherons.

Aiguiser ses facultés est une activité en soi, comme le montre du reste l’analogie avec l’acte d’aiguiser la scie du bucheron. Et sur le long terme, cela s’avère même être une capacité indispensable. Covey distingue 4 dimensions suivant lesquelles nous pouvons entretenir nos facultés : spirituelle, physique, mentale, sociale et émotionnelle.

Aiguiser nos compétences suivant ces 4 dimensions c’est apprendre à investir dans la plus grande ressource que nous ayons : nous-même. C’est apprendre à ne pas simplement à entretenir sa capacité de production et non à simplement privilégier la production en elle-même.

 

Aiguiser ses facultés : la dimension physique

Comme le dit le proverbe, « quand la santé va, tout va ». Nous n’avons qu’un seul corps, il est donc primordial d’accorder une attention toute particulière à celui-ci et à tout ce qui peut permettre de l’entretenir. Je pense ici en particulier à l’exercice physique et à la nutrition.

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous savez que l’exercice physique est quelque chose qui m’est cher puisque je me suis lancé pour défi de faire du sport tous les jours de l’année 2009.  Si, de votre côté, vous avez encore besoin d’être convaincu de l’utilité du sport pour vous, je vous invite à jeter un coup d’œil à ces articles :

_ Pourquoi le sport vous veut du bien : 8 bonnes raisons de pratiquer une activité physique régulière

_ La dimension physique : clé de voûte du développement personnel

 

SI vous pensez ne pas avoir suffisamment de temps pour faire du sport, soyez conscient que 3 séances de 20 minutes par semaine peuvent tout à fait suffire. Honnêtement, qui ne pourrait pas trouver un créneau d’une heure par semaine à libérer? Si vous n’arrivez réellement pas à trouver la moindre heure disponible dans votre emploi du temps, peut-être pouvez-vous remplacer une heure de télévision par une heure de sport comme je le suggérait dans mon article concernant la télévision.

 

Si vous avez du mal à vous tenir à une pratique sportive régulière, je vous conseillerais également de consulter l’article suivant :

_ Pratiquer une activité sportive régulièrement

 

Enfin, si vous cherchez un programme d’entrainement simple pour commencer et ne nécessitant que quelques minutes par jour à mettre en place, vous pouvez consulter ce site :

_ 100 push ups (c’est en anglais mais c’est relativement facile à comprendre).

 

De manière générale, quel que soit le sport ou l’activité physique que vous choisissez, je vous conseille d’y consacrer un minimum de 3 séances par semaine. En effet, je pense que c’est le minimum pour pouvoir réellement ressentir les effets bénéfiques liés à votre pratique. Et surtout, je pense qu’il est plus facile de garder votre motivation et de faire de votre pratique une habitude si vous évitez de laisser s’écouler trop de temps entre 2 séances.

Au delà de simplement vous permettre d’entretenir votre santé, faire du sport va également vous permettre d’habituer votre corps à des activités demandant beaucoup d’intensité et d’énergie. Vos activités quotidiennes vous sembleront alors plus confortables et plaisantes, vous subirez moins de sautes d’énergie durant la journée et vous vous sentirez plus productif. Cela vous permettra également d’évacuer toutes vos tensions négatives et tout trop plein d’énergie et donc de diminuer votre niveau de stress.

En outre, cela va vous permettre d’entretenir votre discipline personnelle : être capable de vous entraîner régulièrement va augmenter votre bien-être et votre discipline personnelle et ainsi vous pousser à vouloir également améliorer les autres domaines.

 

Aiguiser ses facultés : la dimension mentale

 

L’idée mise en avant ici par Stephen Covey est qu’il faut avoir la volonté de toujours vouloir apprendre et qu’il faut considérer la vie comme un éternel apprentissage. J’imagine que vous êtes certainement déjà relativement familier avec cette idée puisque vous lisez un blog de développement personnel.

Vous devez vous poser les questions suivantes (cette liste n’est bien entendu pas exhaustive) : 

Que fais-je régulièrement pour améliorer mes capacités mentales et intellectuelles?

Est-ce que je suis un quelconque programme d’apprentissage?

Est-ce que je lis régulièrement des ouvrages qui n’appartiennent pas à la catégorie fiction?

Que fais-je pour améliorer mes capacités professionnelles?

Y a-t-il des capacités ou des connaissances qui me manquent pour atteindre mes objectifs et/ou vivre la vie dont je rêve?

 

Acquérir de nouvelles compétences professionnelles, développer de nouvelles compétences informatiques  ou apprendre une nouvelle langue pourront bien souvent vous apporter des bénéfices considérables. Cela peut par exemple vous permettre d’obtenir une promotion dans votre travail, ou au contraire de décrocher le poste de vos rêves … mais au delà de ça les bénéfices seront bien souvent les plus visibles au niveau mental, au niveau de votre motivation et de votre confiance en vous-même.

 

Aiguiser ses facultés : la dimension spirituelle

 

Je pense que c’est la dimension la plus souvent négligée dans notre vie quotidienne. Et, je suis bien forcé d’admettre que je ne fais pas exception à cette règle. Mais je compte bien réparer cela dans un futur proche car j’ai conscience qu’il s’agit de quelque chose d’extrêmement important.

La dimension spirituelle consiste tout d’abord à définir quels sont ses objectifs et sa mission dans la vie. et quels sont les principes suivant lesquels nous souhaitons régir notre vie. Je vous invite à lire ou à relire mon article consacré à ce sujet : Planifiez votre vie pour atteindre vos rêves

Mais exercer sa spiritualité c’est aussi se consacrer à des activités telles que la méditation, le yoga, la communication avec la nature , ou même écouter de la musique ou s’isoler pour faire le bilan de sa journée. Toutes ces activités nous permettent en effet d’évacuer une partie du stress que l’on peut rencontrer au quotidien en nous aident également à nous renforcer spirituellement.

Pour moi, exercer sa spiritualité a avant tout pour objectif d’apprendre à vivre l’instant présent et à mieux apprécier la vie et donc, au final, à être plus heureux.

 

 

Aiguiser ses facultés : la dimension sociale et émotionnelle

 

Il s’agit ici plus d’un engagement que l’on prend vis-à-vis de soi-même que d’une discipline à acquérir comme c’est le cas pour les trois autres dimensions.

Il s’agit avant tout d’interagir avec les autres en utilisant les principes mis en avant par Covey dans ses habitudes 4, 5 et 6. Il s’agit donc notamment de toujours essayer de penser gagnant/gagnant, c’est-à-dire de toujours rechercher des solutions qui satisfassent les deux parties engagées dans une négociation, une discussion ou un échange quel qu’il soit (habitude 4). Cela consiste aussi à chercher tout d’abord  à comprendre et ensuite, seulement, à être compris (habitude 5). En effet, une écoute attentive et empathique est indispensable pour réellement comprendre une personne et être réceptif aux idées et aux opinions qu’elle peut nous apporter. Enfin, il s’agit de vivre en osmose avec la société en promouvant l’entraide et en essayant de rendre heureux les gens qui nous entourent  (habitude 6). Aiguiser ses facultés sociales, c’est aussi apprendre à toujours privilégier les solutions et les actions synergiques qui permettront de satisfaire toutes les parties et surtout de profiter des atouts de chacune des autres personnes (dans le milieu professionnel, c’est ce que l’on appelle avoir l’esprit d’équipe)

La dimension sociale et émotionnelle est intimement liée, selon moi, aux dimensions spirituelles et même physiques. En effet, pour interagir avec les autres en harmonie il est indispensable d’être bien dans sa peau, d’être confiant en soi et d’être en forme physiquement

 

Compléments à l’article

Acheter Les 7 habitudes de ceux qui réalisent tout ce qu’ils entreprennent chez Amazon :

Acheter La version anglaise pour améliorer votre anglais tout en faisant des économies :

 

 

Et vous? Avez-vous parfois l’impression que certaines de vos facultés sont émoussées? Que faites-vous pour les entretenir?

Note : pour avoir un aperçu de l’ensemble des livres et films que j’ai revus sur ce site, vous pouvez consulter la page Livres de Sameliorer.com

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

9 réflexions au sujet de « Aiguiser ses facultés »

  1. Ping : Twitted by dvperso

  2. Ping : Tweets that mention Aiguiser ses facultés -- Topsy.com

  3. Ping : Twitted by Sameliorer

  4. Ping : Guillaume sur Blogasty

  5. Salut Guillaume,

    Content de te voir de retour sur ton blog :-)

    Merci pour cette article, ça recentre un peu mon esprit qui a tendance à divaguer aujourd’hui. Les 3 dimensions sont importantes mais il est clair que moi aussi je laisse de côté la dimension spirituelle. Je cherche pour l’instant à rattraper mon retard concernant la dimension physique que j’avais prévu de travailler depuis le début de l’année.

    Concernant ton défi d’un an de sport tous les jours tu en es où? As tu réussi à faire du sport tous les jours? Quels sont les sports que tu exerces le plus (cela a peut être changé depuis le début de ton défi)?
    .-= Voici le dernier article de Alex – 1 an pour tout changer : Mes actions du mois d’Octobre =-.

  6. Merci Alex pour ton commentaire.
    Je suis content que l’article t’ai plu. Je vois qu’on a le même problème en ce qui concerne la dimension spirituelle.

    En ce qui concerne le sport, je crois que je ne m’en tire pas trop mal.
    Cela dit, et pour répondre à ta question, je ne fais plus du sport tous les jours. Mais très régulièrement quand même.
    On pourrait voir ça comme un échec si l’on s’en tient strictement à l’objectif que je m’étais fixé mais je ne considère pas qwue ça en soit un. J’ai quand même tenu pendant 7 mois en faisant du sport tous les jours. Donc je pense que c’est quand même pas mal.

    Pour ce qui est des sports qui je pratique le plus, c’est avant tout la course à pieds.
    Il faut savoir que je faisais de l’athlétisme plus jeune, donc un tel sport m’est naturel.
    Je trouve aussi que ce sport est imbattable en termes de simplicité (il suffit d’avoir une paire de baskets, on peut le pratiquer pratiquement n’importe où et il n’y a pas trop de technique à avoir). Je sais que ça ne convient pas à tout le monde (je ne le conseillerais pas forcément à quelqu’un totalement réfractaire au sport, ça va le dégouter tout de suite). Mais moi c’est un sport qui me plait beaucoup et qui est plus facile à caser dans mon emploi du temps qu’un sport collectif ou un sport où je devrais prendre des leçons.
    Je me suis tellement pris au jeu que je me suis inscrit à plusieurs courses de 5kms. J’avais songé parler de cela dans ce blog, mais je n’étais pas sûr que les détails intéressent la majorité des lecteurs.

    Sinon, j’ai fait un peu de musculation(mais chez moi, pas dans une salle) le reste du temps.
    Il m’est arrivé quelques fois d’aller à la picine, mais je dois avouer que je n suis pas trop fan(je trouve que cela me demande beaucoup plus de motivation).
    En France, j’aimais bien le vélo aussi, mais vu que j’habite dans un pays où il pleut 350 jours par an, ça devient tout de suite moins marrant (c’est assez dur à caser dans un emploi du temps comme activité de toute façon)

    Bon courage à toi pour te remettre au sport et pour ton entreprise.

  7. Je pense aussi que ce n’est pas un échec, je suis vraiment impressionné de la performance.

    En effet la course à pied est pratique car tu n’as pas vraiment de matériel particulier à part les chaussures, mais sous la pluie ce ne doit pas être forcément génial?

    En tout cas je suis intéressé par ton retour sur ces courses, je trouve que le retour d’expérience est quelquechose d’important dans le développement personnel.
    .-= Voici le dernier article de Alex – 1 an pour tout changer : Je me relance pour 3 mois sans coca =-.

  8. Merci Alex pour le compliment.
    C’est vrai que je suis assez satisfait de moi, de m’être mis au sport.
    C’est la dimension, parmi les 4 de l’article, sur laquelle j’aurais beaucoup progress? cette année. A moins maintenant de me concentrer sur les 3 autres :-).

    Pour répondre à ta question, courir sous la pluie ça passe à peu prés si on est habitué et que l’on a l’équipement adéquat. Il faut savoir qu’ici, il pleut très souvent, mais par contre c’est plus souvent de la petite pluie fine que de gros orages (si l’on compare au sud de la France par exemple). Le vélo, ce serait différent parce que c’est carrément dangereux quand la route est mouillée (ce qui est quasimment toujours plus ou moins le cas), et puis une fois partie, t’y es pour des heures sur ton vélo.

    A bientôt Alex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>