A la recherche du bonheur : Ne baissez jamais les bras – Films et développement personnel (3/3)

A la recherche du bonheur

A la recherche du bonheur nous raconte l’histoire époustouflante et pourtant vraie d’un père SDF qui, après avoir été expulsé de son appartement, se retrouva à devoir élever son fils dans les rues de San Francisco et réussit à devenir l’une des plus grandes fortunes de Wall Street.

Ce film porteur d’un message d’espoir nous montre que, aussi désespérée que notre situation puisse paraitre, il est toujours possible de s’en sortir en faisant preuve de courage et de persévérance. Il nous montre que tout est possible si l’on garde confiance en soi et que l’on refuse de baisser les bras.


L’histoire vraie de Chris Gardner

Au début de A la recherche du bonheur, nous faisons la découverte de Chris Garner, un représentant de commerce qui a réinvestit toutes ses économies dans un nouveau type de scanner de densité osseuse. 2 fois plus cher qu’une machine à rayons X, celui-ci présente l’avantage de fournir des images légèrement plus claires. Il considère alors cette machine comme révolutionnaire et il est persuadé qu’elle va le rendre riche. Mais ce qu’il ignore alors, c’est que celle-ci va être considérée comme un luxe inutile par la plupart des hôpitaux.

Dès lors va commencer sa lente descente aux enfers. Chris galère de plus en plus à vendre ses scanners et à joindre les 2 bouts. Sa femme, Linda, se retrouve contrainte à cumuler 2 emplois et le tient pour responsable de la situation. Leur situation se dégrade de jour en jour. Le point de non-retour est atteint lorsque celle-ci décide soudainement de partir et le laisse seul avec son fils de 5 ans Christopher (interprété par le fils de Will Smith, Jaden Smith). Chris s’efforce de trouver un travail complémentaire à son activité de représentant de commerce. Sa détermination finit par payer lorsqu’il retrouve un stage d’apprenti trader dans une société boursière. Seulement voilà, le problème c’est que ce stage n’est pas payé et que seulement le meilleur stagiaire parmi les 20 qui ont été recrutés sera conservé.

Incapable de payer son loyer, Chris finit par se faire expulser de leur appartement. Lui et son fils se retrouvent contraints à dormir dans la rue, dans des foyers pour sans abris, et même dans des toilettes publiques. A la recherche du bonheur nous entraine dans un voyage sordide des classes moyennes aux travailleurs sans domicile. On y découvre comment manquer l’heure de fermeture d’un foyer peut signifier dormir dans la rue et comment la demande d’un supérieur de lui prêter 5 euros peut signifier ne pas manger ce soir-là.

A la recherche du bonheur uin père et son fils

Malgré le sort qui s’acharne contre lui, perdu dans la plus terrible épreuve de sa vie, Chris ne se laisse pas décourager et redouble d’efforts. Puisant son courage dans sa volonté de permettre à son fils de vivre une vie meilleure, il va tout faire pour être le meilleur des 20 stagiaires. Quitte même à se rendre au domicile d’un PDG à qui sa firme souhaite proposer ses services.

A force de courage et d’abnégation, chris Garner va finir par décrocher ce fameux sésame qui lui permet d’entrer dans la finance. Le film s’achève sur cet « happy ending » et nous apprend que Chris Garner va par la suite rapidement gravir les échelons dans le monde de la bourse, fonder sa propre société de courtage et devenir multi-millionnaire.

 

Mon opinion sur A la recherche du bonheur

Très clairement, il s’agit typiquement d’un film hollywoodien. Et à ce titre on verse parfois dans l’exagération. Il suffit de lire la page Wikipedia consacrée à Chris Garner pour se rendre compte que certains événements ont été volontairement exagérés afin de donner une tournure plus dramatique à ce film. Cela enlève un peu de spontanéité au film. Si j’étais méchant, j’irais même jusqu’à dire que, si je n’avais pas su dès le début qu’il s’agissait d’une histoire vraie, je n’aurais pas cru 2 secondes à ce scénario

Cependant, sur le fond A la recherche du bonheur nous retranscrit bel et bien une histoire vraie. Chris Garner et son fils ont bien été sans domicile, et il a réellement fini par devenir un prince de Wall Street. Et surtout, c’est une histoire empreinte d’émotion et qui ne manque pas de nous émouvoir. Tout comme dans La vie est belle, ce film est empli d’espoir et nous montre également comment l’amour d’un père pour son fils peut permettre de surmonter tous les obstacles. Et surtout, on ressort du visionnage de ce film plein d’optimisme et en pensant que rien ne nous est impossible si l’on fait preuve de courage et de persévérance.

Je pense que ce film doit beaucoup au talent d’acteur de Will Smith. Très loin des rôles pétaradants dont il a l’habitude, il campe avec merveille le rôle d’un père qui touche le fond mais qui tente de garder la face devant son jeune fils. Et l’on se prend même à s’identifier au personnage et à partager ses angoisses, ses craintes et surtout une joie indescriptible lorsqu’il parvient enfin au succès. La complicité entre les deux Smith est également flagrante et touchante et contribue à l’authenticité de ce film.

Pour finir, je dirais que A la recherche du bonheur nous montre également que la différence entre entre être un prince de Wall Street et un sans-abris peut parfois être extrêmement ténue. il est possible de devenir SDF du jour au lendemain même en travaillant dur. Même si cette histoire  se déroule aux Etats-Unis, pays ultra-capitaliste par excellence, je pense que les choses ne sont pas si différentes en France.

? Acheter A la recherche du bonheur chez Amazon :

                         

? Bande-annonce de A la recherche du bonheur :

 

Note : Cette revue de A la recherche du bonheur constitue le troisième et dernier article d’une série de 3 articles consacrés aux films qui m’ont particulièrement marqué. Les 2 premiers étaient consacrés à Fight Club de David Fincher et à La vie est belle de Roberto Benigni

Ça vous a plu ? abonnez vous à notre newsletter gratuite
Vos données restent confidentielles et aucun spam ne vous sera envoyé.

9 réflexions au sujet de « A la recherche du bonheur : Ne baissez jamais les bras – Films et développement personnel (3/3) »

  1. Hello,

    Ce sont vraiment des films émouvants ….la vie est belle ( déjà vu)…A la recherche du bonheur ( lecture de ton article)et il faut profiter des émotions sucitées par ces films pour de suite agir : prendre un papier et fixer ses objectifs pour
    – réaliser ses rêves ( et non les vivre !)
    – rebondir suite à un échec

    ….attendre le lendemain peut déjà être trop tard…..

    Merci pour ce partage d’émotions qui peut être un tremplin vers ….
    .-= Voici le dernier article de Karine : Week-end Rando-Bien être dans le Vercors ! =-.

  2. J’ai aussi adoré ce film. Et voir Will Smith jouer dans un autre répertoire est tout aussi surprenant. En effet, le scénario déforme quelque peu la réalité mais il est vrai que Chris Garner a vécu tout un moment comme SDF avec son fils. On se plaint souvent de nos petits soucis de la vie quotidienne mais il y a des situations toujours pires que soi. On devrait au contraire profiter des opportunités que nous offre la vie et se battre pour les garder ou les développer. Une très belle leçon de courage et du refus de l’abandon. Merci pour cet article.

  3. Salut Guillaume!

    J’ai « trippé » sur ce film comme on dit au Québec. Il est si bien réalisé et touchant, c’est le genre de film que tu es content d’avoir vu lorsqu’il termine, tu te sens ressourcé.

    Merci d’avoir partagé cette belle analyse+critique avec nous :)

    C’est toujours un plaisir de te lire

    A++
    .-= Voici le dernier article de CC : Peut-on devenir riche en étant frugal? =-.

  4. Merci pour vos commentaires encourageants.J’ai apprécié l’écriture de cette «trilogie» sur ces films. Ca m’a changé de ce que j’écris habituellement.

    Moi aussi j’ai apprécié de voir Will Smith jouer dans un répertoire différent de ce qu’on lui connait. Je dois dire qu’il m’a bluffé :-)

  5. Je ne veux pas casser votre rêve, mais ce film est plus dramatique que touchant…Les réalisateurs disent que c’est une histoire vrai, mais en réalité, si vous faite une petite recherche sur ce Chris Gardner, vous découvrirez que ses stages étaient payé 1000$ par mois contrairement au film ou il n’était pas rémunéré…De plus, il est vrai qu’il a été sans abris et qu’il a couché dans la chambre de bain d’un métro avec son fils, mais ce n’était seulement que pour économiser son argent afin de se louer une belle maison à Beverly Hills…Désolé encore de gâché la belle image de ce film américain monter de toute pièce…

  6. Ping : Pourquoi ne suis-je pas un prodige ?

  7. RE:A la recherche du bonheur | S’ameliorer НПП Валок рабочие валки клети дуо станов горячей прокатки крановые колеса

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>